Tensions chez les écolos après leur refus de participer au gouvernement

le
2
Tensions chez les écolos après leur refus de participer au gouvernement
Tensions chez les écolos après leur refus de participer au gouvernement

Leur refus de participer au gouvernement de Manuel Valls a créé une nouvelle crise interne chez les écologistes. Car la décision semble avoir été prise contre l'avis de nombreux parlementaires. Alors que Ségolène Royal a pris mercredi la tête d'un grand ministère de l'Ecologie, beaucoup d'élus Europe-Ecologie les Verts s'interrogent désormais sur la nouvelle ministre et se demandent s'ils vont voter la confiance dans le gouvernement. 

Dès lundi soir, les deux ministres écolos du gouvernement Ayrault, Cécile Duflot et Pascal Canfin, ont fait savoir qu'ils ne participeraient pas au gouvernement Valls. Une décision prise «à titre personnel», avait tout de suite réagi le coprésident des députés écologistes François de Rugy, demandant à voir «la feuille de route» de Manuel Valls. Même la secrétaire nationale Emmanuelle Cosse n'avait pas totalement fermé la porte à une participation des Verts au gouvernement, conditionnant sa réponse à une «clarification» du nouveau Premier ministre.

Mardi matin, Manuel Valls a donc reçu une délégation composée d'Emmanuelle Cosse, François de Rugy, Barbara Pompili, l'autre coprésidente du groupe à l'Assemblée, et du chef de file des sénateurs écologistes Jean-Vincent Placé. L'entretien a duré une heure, le Premier ministre proposant aux écologistes un ministère de l'Ecologie élargi, mais aussi une «dose de proportionnelle» et trois ministres au total. La question de Notre-Dame-des-Landes a même été abordée, selon plusieurs sources écologistes.

Pourtant qualifiée de «proposition solide et correcte», celle-ci a été rejetée mardi soir par la direction du parti. «Il a fait la proposition que François Hollande ne nous a pas faite en 2012», reconnaissait Emmanuelle Cosse, mercredi, dans un entretien au Monde, qui justifiait son choix par «l'inquiétude très forte sur la volonté de François Hollande de faire bouger sa ligne». Et de souligner : «J'assume ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • SaasFee le mercredi 2 avr 2014 à 18:06

    Moi, je dis que ça flaire bon le gaz de schist, cette histoire

  • M2179486 le mercredi 2 avr 2014 à 18:01

    D'une manière ou d'une autre, ces écolos-là ont donné la preuve que ce sont des vendus !!!!! 0 confiance .......