Tension autour du procès de Moubarak

le
0
Les familles de victimes soupçonnent le tribunal de vouloir minimiser la responsabilité de l'ex-président.

Le procès de Hosni Moubarak entre enfin dans le vif du sujet. Après les audiences consacrées à la procédure des 3 et 15 août dernier, le tribunal a entamé lundi l'examen des charges retenues contre l'ex-président et ses dix coaccusés. Quatre hauts responsables de l'appareil de police ont été convoqués à la barre pour témoigner des circonstances dans lesquelles a été ordonnée la répression de la «révolution du Nil», qui a fait près de 850 morts. Le premier d'entre eux, Hussein Moussa, était en charge des communications au sein de la «Sécurité centrale», une force de police anti-émeute qui a joué un rôle clé dans les événements du mois de janvier.

Contrairement aux audiences précédentes, les caméras de télévisions étaient absentes lundi, bannies par le juge Ahmed Refaat, officiellement pour protéger la sécurité des témoins et restaurer le calme dans le tribunal. Des journalistes de presse écrite étaient cependant admis dans la salle d'audien

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant