Tennis. Yannick Noah : «Je me demandais si j'avais toujours le feu...»

le , mis à jour le
0
Tennis. Yannick Noah : «Je me demandais si j'avais toujours le feu...»
Tennis. Yannick Noah : «Je me demandais si j'avais toujours le feu...»

Le capitaine tricolore se dit très satisfait de son groupe à tous points de vue après cinq jours de stage préparatoire à la rencontre France - Canada (4-6 mars).

Etes-vous arrivé à impulser la dynamique souhaitée durant ce stage?

Yannick Noah. Notre travail, c'est de récupérer les joueurs et les mettre dans les meilleures dispositions possibles afin qu'ils soient prêts. Quand ils sont arrivés, Gaël (Monfils) et Richard (Gasquet) avaient arrêté depuis pas mal de temps. Jo (Tsonga) a fait très peu de matchs. Bref, l'équipe n'était pas au top. A partir du moment où j'ai su que les joueurs étaient prêts à venir très tôt, c'était déjà 50% du boulot. Parce qu'on savait bien qu'on allait travailler dur, dans des conditions difficiles, sur une surface différente. Il fait très très chaud. C'est l'occasion aussi d'apprendre à nous connaître. Nous en sommes au 5e jour et on a vraiment fait du très bon travail. Je suis très content. Il y a une bonne ambiance. Ca travaille dur, ça reste détendu mais très concentré, comme j'aime.

Ressentez-vous le plaisir escompté?

Plus que ça! J'étais excité. Mais je me demandais si j'allais retrouver les sensations que j'avais, si avec des joueurs nouveaux, j'aurais la même joie de travailler. Je me demandais si, moi, j'avais toujours le feu... Je l'ai retrouvé dès le premier footing, même si j'étais un peu à la traîne. C'est bon de savoir qu'on est dans les temps. Je sens bien que les gars progressent et qu'ils se sentent bien dans ce boulot et dans cette équipe.

«J'aime beaucoup les discussions qu'on a»

Y a-t-il des moments privilégiés hors court d'entraînement?

J'aime beaucoup les discussions qu'on a. C'est très riche. Le soir, après dîner, on débriefe ce qu'on a fait dans la journée et on annonce ce qu'on va faire le lendemain. Au début, lors des deux premières discussions, on a commencé par faire un tour d'horizon des dernières années, de ce qui a pu se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant