Tennis - US Open (H) : Wawrinka, appelez-le Monsieur Parfait !

le
0
Tennis - US Open (H) : Wawrinka, appelez-le Monsieur Parfait !
Tennis - US Open (H) : Wawrinka, appelez-le Monsieur Parfait !

A l'issue d'une finale exceptionnelle, Stan Wawrinka a remporté son troisième titre en Grand Chelem après l'Open d'Australie en 2014 et Roland-Garros en 2015. Plus fort qu'un Novak Djokovic émoussé (6-7, 6-4, 7-5, 6-3), le Suisse n'a toujours pas perdu de finale à ce niveau. Chapeau.

L’Open d’Australie en 2014, Roland-Garros en 2015 et maintenant l’US Open en 2016. Stan Wawrinka a pris deux habitudes depuis qu’il fait équipe avec Magnus Norman : gagner toutes ses finales de Grand Chelem et remporter un tournoi du Grand Chelem chaque année. Dimanche face à Novak Djokovic, battu en quatre sets (6-7, 6-4, 7-5, 6-3), le Suisse est resté sur son rythme de ses éblouissantes dernières années en devenant à 31 ans le roi de New York après avoir déjà été couronné à Melbourne et Porte d’Auteuil. « Je ne sais pas ce qu’il se passe là, c’est incroyable », avouait Stan the Man quelques minutes avant que ne lui soit remis le trophée du vainqueur et que le speaker annonce qu’il venait d’empocher la somme sympathique de 3,5 M€. « Je suis venu ici sans rien attendre de particulier, poursuivait le Suisse, qui ne réalisait toujours pas qu’il venait d’enlever son troisième titre en Grand Chelem en trois ans et sur une troisième surface différente. Je me suis battu sur tous les matchs, que j’ai tous finis complètement vidé et il y avait tellement d’émotion face à Novak ce soir. »

Djokovic fait appel au kiné

Tellement d’émotion mais surtout un tennis de rêve pratiqué par le Lausannois lors de cette finale d’une qualité de tennis incroyable pendant quatre sets à couper le souffle. Dominés dans un premier set remporté au jeu décisif par le tenant du titre, victime d’une petite fringale après avoir rapidement mené cinq jeux à deux, Wawrinka et son revers à une main long de ligne qui a fait se lever Flushing Meadows pendant toute la quinzaine se sont détachés dans les trois autres sets suivants au scénario pratiquement identique à chaque fois. Mais beaucoup plus solide du fond de court face à un Djokovic manquant de rythme (il n’avait passé que huit heures sur le court avant cette finale après que la plupart de ses adversaires a soit déclaré forfait soit abandonné), le numéro trois mondial a su serrer le jeu aux moments-clé dans les trois manches pour ne jamais se laisser surprendre par le Serbe. Le quatrième set a même pris des allures de promenade de santé pour un Wawrinka volant sur le court tandis que son adversaire, touché au pied droit, répétait les soins auprès du kiné.

Wawrinka avait sauvé une balle de match au 3eme tour

« Quelques semaines avant l’US Open, je n’étais pas bien physiquement, je me demandais même s’il fallait que je vienne à New York », reconnaissait Djokovic, qui n’en oubliait pas, en grand champion qu’il est, d’en rester fair-play. « Stan a été meilleur sur certains points et plus fort que moi dans les moments décisifs. » Le Serbe, pris à la gorge dimanche pendant toute la partie par un Stan redevenu animal, ne pouvait mieux résumer cette finale qui a vu deux immenses joueurs de tennis se rendre coup pour coup et offrir quelques points d’anthologie au public, ravi d’assister à un tel spectacle ainsi qu’au triomphe de Stan Wawrinka, pourtant tout près de la sortie dès le troisième tour en ayant dû sauver une balle de match face au modeste Britannique Daniel Evans. Pour la petite histoire, le dernier joueur à être passé à un point de l’élimination dans un tournoi du Grand Chelem avant de finalement remporter le titre se nommait Novak Djokovic (en 2011, déjà à l’US Open face à Roger Federer). Un signe.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant