Tennis - US Open (H) : Et maintenant, Pouille rêve de finale

le
0
Tennis - US Open (H) : Et maintenant, Pouille rêve de finale
Tennis - US Open (H) : Et maintenant, Pouille rêve de finale

Après avoir réussi un exploit retentissant face à Rafael Nadal en huitièmes de finale de l’US Open dimanche, Lucas Pouille se prend à rêver de disputer sa première finale d’un tournoi du Grand Chelem. Mais avant cela, il faudra déjà éliminer Gaël Monfils, dont le jeune Français redoute le jeu.

A 22 ans, Lucas Pouille a de l’ambition à revendre. Alors après avoir réalisé l’exploit de cet US Open en s’offrant la tête de Rafael Nadal, dimanche en cinq sets en huitièmes de finale (6-1, 2-6, 6-4, 3-6, 7-6), le jeune joueur français n’entend pas s’arrêter là. « J’ai entendu dire que ce n’était jamais arrivé dans l’ère Open qu’on soit trois Français en quarts de finale ici. C’est top ! Maintenant, il faut essayer qu’il y en ait un en finale. J’espère que ce sera moi », a avoué le héros de la nuit à nos confrères de l’Equipe quelques minutes seulement après être devenu le premier vainqueur français de Nadal en Grand Chelem depuis huit ans. Face à l’Espagnol, Pouille restait pourtant sur un très mauvais quart d’heure passé lors d’un match d’entraînement juste avant cet US Open. « Rafa m’avait découpé, je tapais bien, mais j’avais pris une branlée, s’est remémoré, amusé, le protégé d’Emmanuel Planque lors de la conférence de presse qui a suivi son exploit. »

Pouille : « La plus belle victoire de ma carrière »

Corrigé (6-1, 6-3) lors de cette séance d’avant-tournoi, Lucas Pouille a pris la plus belle des revanches dimanche. Mais pas au point de ne pas réaliser la portée de sa performance fabuleuse. « Je réalise que je suis encore en quarts (il l’avait déjà été à Wimbledon) après avoir battu Rafa, dont je regardais les matchs quand j’étais plus jeune, et notamment à l’US Open », a bien fait noter le natif de Grande-Synthe (Nord), sans cacher toutefois que cette victoire qui fera date lui procure un bonheur difficile à décrire. « C’est beaucoup de joie, de fierté et d’émotions. C’est certain que c’est la plus belle victoire de ma carrière. Tout ce que j’ai mis dans ce match a payé. A quoi j’ai pensé à ce moment-là ? A rien, je me suis juste dit que je l’avais fait. C’est pour ce genre de moments que je joue au tennis. » Et oui, Pouille l’a fait. Il l’a même fait dans une ambiance qu’il n’est pas près d’oublier sur cet Arthur Ashe Stadium surchauffé. « A la fin du match, je n’entendais même pas ce que je me disais moi-même, ça faisait un bruit de fou. Pendant le dernier tie-break, tout le monde hurlait après chaque point, c’était une blague ! »

Pouille : « Dans cet état d’esprit, Gaël est incroyable ! »

C’est pourtant bien la réalité. Au même titre que ses deux glorieux aînés Gaël Monfils et Jo-Wilfried Tsonga, Lucas Pouille disputera les quarts de finale de l’US Open, après avoir déjà atteint ce stade de la compétition à Wimbledon cette année. Même s’il aurait « préféré jouer un étranger », c’est d’ailleurs à Monfils (n°10) que le Ch’ti devra se frotter. En ligne de mire : la première demi-finale dans un Grand Chelem de sa jeune carrière. De quoi faire saliver la tête de série n°24. Conscient qu’il sera attendu au tournant après avoir fait chuter Nadal, Pouille est néanmoins confiant que ce n’est pas une partie de plaisir qui l’attendra face à « La Monf », qui n’a toujours pas perdu un set dans le tournoi et a encore été très impressionnant contre Baghdatis. « Va falloir faire le match, reconnaît le grand espoir du tennis français. Chez lui, je crains pas mal de choses. Quand il est dans cet état d’esprit, Gaël est incroyable. Il bouge très vite, il sert fort et frappe fort du fond. Ce ne sera pas facile, mais je sais que moi aussi, je suis en bonne forme. » Ce n’est pas Rafael Nadal qui dira le contraire.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant