Tennis : un Tunisien contraint au forfait pour ne pas affronter un Israélien

le
0
Tennis : un Tunisien contraint au forfait pour ne pas affronter un Israélien
Tennis : un Tunisien contraint au forfait pour ne pas affronter un Israélien

Vendredi, Malek Jaziri a déclaré forfait alors qu'il devait disputer les quarts de finale du tournoi de Tachkent (Ouzbékistan). Officiellement, une blessure au genou l'a empêché de se rendre sur le court. En réalité, le n°1 tunisien, 169e joueur mondial, a été contraint de se retirer par sa Fédération car son adversaire, Amir Weintraub, 196e, est israélien. Or, comme l'a rappelé le Huffington Post Maghreb, la Tunisie ne souhaite pas voir ses sportifs affronter des membres de l'Etat hébreu, en solidarité avec la cause palestinienne.

Ironie du sort, les deux joueurs sont amis dans la vie. Jaziri et Weintraub défendent les couleurs de l'AAS Sarcelles, club du Val-d'Oise qui évolue en 1re division. «Amir a invité Malek à son mariage, en février prochain, en Israël, et c'est Malek, présent au club depuis sept ans, qui m'avait demandé de recruter Amir», a confié ce samedi Jonathan Chaouat, le président sarcellois. Les deux hommes se sont d'ailleurs déjà affrontés sur le circuit sans que la Tunisie n'y voit le moindre problème. C'était en 2010, en Espagne.

Le gouvernement tunisien nie toute implication

«Malek a reçu un mail de la FTT (Fédération tunisienne de tennis) lui disant qu'à la suite d'une réunion avec le ministère des Sports, elle avait le regret de l'informer qu'il ne pouvait pas jouer contre le joueur israélien», a expliqué au Parisien.fr Amir Jaziri, le frère et agent du joueur de 29 ans. Le courriel, long de deux phrases, ne donne aucune justification à cette interdiction de disputer ce match.

«On est dans une position critique, a ajouté Amir Jaziri. On joue un match de tennis. Nous n'avons rien à voir ni avec Israël ni avec la Palestine. Malek, lui, il s'en fiche, il travaille, il a un métier à faire, il joue contre n'importe quel joueur au monde, Israélien ou autre.»

La FTT, elle, n'a pas réagi publiquement depuis le forfait de son joueur dans la capitale ouzbèke. De son côté, le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant