Tennis: Tsonga et Berdych en finale à Marseille

le
0

par Eric Salliot

MARSEILLE (Reuters) - La finale du tournoi ATP de Marseille opposera dimanche le Français Jo-Wilfried Tsonga au Tchèque Tomas Berdych, deux membres du Top 10 vainqueurs avec autorité de leur demi-finale.

L'affiche est peu banale pour un tournoi de cette catégorie -un ATP 250- puisqu'elle opposera le huitième joueur mondial au sixième.

Tsonga, tête de série numéro trois, s'est imposé 6-2 6-2 face à son compatriote Gilles Simon (n°6) en tout juste 63 minutes samedi.

Le numéro un tricolore a sauvé les trois maigres balles de break que le Niçois s'est procuré et a connu un match bien plus tranquille que la veille, en quart de finale, où il avait dû écarter cinq balles de match avant de battre l'Australien Bernard Tomic.

Tsonga jouera sa deuxième finale à Marseille après celle remportée en 2009 et visera un dixième titre sur le circuit.

Il n'aura pas la partie facile face à Berdych, tête de série n°1, qui a étourdi le qualifié russe Dmitry Tursunov en 54 minutes (6-2 6-1) et a remporté quatre de leurs cinq face-à-face.

"Face à Gilles, je m'attendais à une plus grosse confrontation", a dit Tsonga après le match.

"Il se trouve que j'ai fait un match plein et que ça a donné un score assez sec. Je ne m'en plains pas. Ça va me permettre d'avoir un peu plus d'énergie demain. Maintenant, le plus important, c'est de soulever le trophée."

Déjà stoppé en demi-finale la semaine dernière à Rotterdam, Gilles Simon a encore bloqué sur l'avant-dernière marche.

"J'ai ressenti une pointe au fessier droit hier à 6-4 4-1 face à (Juan Martin) Del Potro. Il m'aurait fallu quelques jours pour guérir complètement", a-t-il dit.

"Avec une mobilité réduite, vous ne pouvez pas espérer grand-chose face à un joueur comme Jo. J'accumule les pépins physiques ces derniers temps. L'exemple à suivre, c'est Jo. Avant, il était en cristal et il n'est quasiment plus jamais blessé."

Sans être une bête noire pour Tsonga, Berdych est un joueur contre lequel le numéro un français a des difficultés, comme le montrent ses trois défaites en trois matches l'année dernière.

"Ce sont toujours des défaites difficiles à avaler. En finale de Stockholm (en 2012), je menais un set et un break. Au Masters de Londres, je suis passé à côté de mon match. J'ai envie de passer à autre chose", a-t-il dit.

"Ça va déménager. L'objectif, ce sera de le prendre à la gorge et de ne pas le laisser souffler."

Le Tchèque a été impressionnant samedi, n'abandonnant que deux points sur sa mise en jeu et breakant Tursunov, ancien 20e mondial retombé au 119e rang, à quatre reprises.

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant