Tennis: trois Français en quart du tournoi Paris-Bercy

le
0

par Chrystel Boulet-Euchin

PARIS (Reuters) - L'élimination d'Andy Murray, jeudi, en huitième de finale à Bercy, assure d'ores et déjà au dernier tournoi de la saison d'être le premier Masters 1000 en deux ans à avoir un vainqueur qui n'appartienne pas au "Big Four".

Jo-Wilfried Tsonga a, lui, tenu son rang de tête de série n°6 et s'est assuré de disputer le Masters de Londres, en devenant le troisième Français qualifié pour les quarts de finale, après Michaël Llodra et Gilles Simon. Il s'agit d'une première depuis la création du tournoi en 1986.

Aux forfaits de Rafael Nadal - attendu - et de Roger Federer, s'était ajoutée mercredi la défaite de Novak Djokovic dès le deuxième tour.

Andy Murray est venu compléter - ou plutôt déserter - le tableau, battu par le Polonais Jerzy Janowicz, issu des qualifications, après avoir bénéficié d'une balle de match.

Un trouble-fête sera donc sacré dimanche comme le fut le Suédois Robin Söderling en 2010, déjà à Bercy.

Autre exploit du jour, celui signé par Michaël Llodra, qui a sorti l'un des hommes en forme du moment, l'Argentin Juan Martin Del Potro, tête de série n°7.

Le premier qualifié pour les quarts fut Gilles Simon, qui n'a même pas eu besoin de pénétrer sur le court pour valider son billet. Le Français a profité du forfait du Japonais Kei Nishikori, blessé à la cheville.

Jo-Wilfried Tsonga a décroché lui aussi son billet pour Londres en prenant le meilleur sur Nicolas Almagro, n°11, contre qui il n'a jamais perdu.

Mais comme souvent face à l'Espagnol, la partie n'a pas été facile puisque le Français n'a obtenu aucune balle de break et s'est imposé en deux tie-break.

TSONGA S'EST "BATTU COMME UN TIGRE"

Il a conclu la partie d'une volée haute retombée au coin du court que Nicolas Almagro n'avait aucune chance de renvoyer, après une heure et 45 minutes de jeu.

"Je me suis battu comme un tigre, même si je ne me suis pas trouvé spécialement bon", a dit Tsonga qui a dit que, pour lui, la qualification pour le Masters n'était "pas un aboutissement", mais une "petite récompense". (Voir )

Pour continuer à Bercy dans l'épreuve qu'il a remportée en 2008 et dont il fut finaliste l'an passé, le Manceau sera opposé à l'Espagnol David Ferrer, désormais le joueur le mieux classé encore en lice à Bercy - cinquième -, vainqueur 6-2 4-6 6-2 du Suisse Stanislas Wawrinka, tête de série n°16.

Auparavant, Janowicz, classé 69e mondial, s'était imposé face à Andy Murray, 5-7 7-6 6-2 en deux heures 24 d'un match à rebondissements.

Murray a pourtant longtemps semblé s'acheminer vers une victoire aisée. Un break au 11e jeu lui a donné la première manche, avant que l'Écossais ne se détache dans la deuxième pour mener 5-4, service à suivre.

Mais le joueur de 21 ans ne s'est pas laissé démonter par le vainqueur du dernier US Open. Il a sauvé une balle de match, remporté le tie-break et dominé le set décisif. (Voir et )

Jerzy Janowicz sera opposé en quart de finale au Serbe Janko Tipsarevic, n°8, vainqueur de l'Argentin Juan Monaco, n°9 (6-3 3-6 6-3) Et qui s'est lui aussi qualifié pour Londres grâce à ce succès.

Difficile désormais de se livrer au petit jeu des pronostics quant au futur vainqueur, d'autant que Llodra est lui aussi venu semer la pagaille en sortant Juan Martin Del Potro, qui restait sur deux titres consécutifs, à Vienne et Bâle.

LLODRA DÉCHAÎNÉ, SIMON BIEN AIDÉ

L'Argentin n'a pas pesé lourd face à un Llodra déchaîné, qui n'a pas dérogé à sa règle du service-volée.

Galvanisé de jouer devant famille et amis, le Parisien, qui a connu une saison calamiteuse sur le circuit après une finale à Marseille en février dernier, a retrouvé des couleurs à Paris.

Il avait déjà reçu une bouffée d'air venue de l'argent olympique décroché à Londres en double, avec Jo-Wilfried Tsonga, mais ce retour en grâce en simple fait du bien. Sans forcer, Llodra l'a emporté 6-4 6-3 concluant, naturellement, sur un service-volée.

"Je pense qu'il a très très bien joué. Il a vraiment mérité de gagner ce match", a dit Del Potro, qui a reconnu être un peu fatigué sans enlever aucun mérite à son vainqueur du jour.

Déjà demi-finaliste en 2010, Michaël Llodra tentera de récidiver cette année. Une récidive qui passera par une victoire sur l'Américain Sam Querrey, vainqueur du Canadien Milos Raonic.

Gilles Simon a, lui, vu la chance lui sourire une deuxième fois dans un tournoi dont il n'avait jusque-là jamais passé les huitièmes de finale.

Blessé à la cheville, Kei Nishikori, tête de série n°15, a préféré renoncer et a donné un nouveau coup de pouce au 20e joueur mondial, qui avait déjà bénéficié du forfait de Federer, qui lui était promis au deuxième tour. (Voir )

Gilles Simon rencontrera pour une place dans le dernier carré Tomas Berdych, vainqueur de l'épreuve en 2005 et qui ne s'est pas montré sous son meilleur jour jeudi matin.

Opposé au Sud-Africain Kevin Anderson, tombeur au tour précédent de Richard Gasquet, la tête de série n°5 a cédé rapidement le premier set avant de remporter laborieusement les deux suivants (1-6 6-3 6-4).

(Edité par Julien Prétot et Hélène Duvigneau)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant