Tennis : « Tout est possible à 36 ans »

le , mis à jour à 09:23
0
Tennis : « Tout est possible à 36 ans »
Tennis : « Tout est possible à 36 ans »

En fin de soirée sur le central, face à l'Espagnol Ramos-Vinolas, Stéphane Robert fera ses premiers pas en salle à Paris. Le globe-trotteur tricolore, 36 ans, a gagné 158 places depuis janvier et vient de poser ses valises dans le top 50. Il nous a confié hier les raisons de sa lente maturation.

 

A 36 ans, vous découvrez votre premier Bercy...

Stéphane Robert. J'y suis venu quand j'étais petit... J'ai commencé l'année 208e mondial, donc à la base je n'avais rien à faire là. Mais je fais une super saison. J'avais envie de participer à tous les Masters 1000 du circuit dans ma carrière et c'est le seul qui me manquait. Je suis content d'être de la fête.

 

Comment expliquez-vous votre ascension en 2016 ?

J'étais monté 90e après Rome en mai et je savais que je ne pourrais plus m'en sortir tout seul si je voulais aller plus haut. J'avais besoin d'aide et j'avais la maturité pour me remettre en question, notamment sur des problèmes d'ego ( NDLR : il a repris sa collaboration avec son coach au long cours Ronan Lafaix avant Roland-Garros). J'ai mis ma fierté de côté. C'est le gros changement pour moi. Plus jeune, je me suis construit un peu tout seul, du coup je dois faire un effort pour accorder ma confiance. On me colle l'étiquette du touriste qui part découvrir le monde mais j'aime bien aussi découvrir le monde à l'intérieur de moi. Ça m'a pris du temps de changer mais j'ai su attendre. Tout est possible à 36 ans !

 

Sur quoi travaillez-vous ?

Ce qui nous intéresse, c'est tout le travail de l'invisible (Lafaix intervient : « Ça fait marrer tout le monde, mais au tennis on passe quatre ou cinq fois plus de temps à réfléchir qu'à jouer. Nous, c'est sur ça qu'on s'entraîne. Et il nous reste des paliers à franchir... »). Je fais de très gros progrès. Avant de retrouver Ronan, j'ai franchi une barrière mentale, notamment avec deux gros matchs face à Monfils en Australie et Djokovic à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant