Tennis: Tomas Berdych et Jo-Wilfried Tsonga passent à Marseille

le
0

par Eric Salliot

MARSEILLE (Reuters) - Sans surprise, Tomas Berdych et Jo-Wilfried Tsonga, têtes de série n°1 et 3, se sont qualifiés mercredi pour les quarts de finale de l'Open 13 à Marseille, même si le Tchèque a plus souffert que le Français.

Berdych a dû disputer une prolongation (6-4 6-7 6-4) face au Letton Ernests Gulbis tandis que le n°1 français a parfaitement géré son entrée en lice, dominant le Russe Nikolay Davydenko, 43e mondial, en deux sets (7-6 6-3).

Malgré une mise en route laborieuse, le Manceau a accéléré dans le tie-break, remporté sept points à un. Une fois le break en poche, il n'a plus relâché son étreinte.

"Davydenko, c'était un premier tour compliqué", a dit Jo-Wilfried Tsonga.

"Il m'avait battu deux fois, c'était une bête noire. Je suis content de continuer dans ce tournoi où j'ai l'ambition d'aller très loin.

"Je savais que Jean-François Caujolle avait passé un sale mardi et qu'il comptait sur moi. Mais dans tous les tournois que je joue en France, il faut que j'assure. Il y a une vraie pression mais je suis habitué à dealer avec ça."

Vendredi, Jo-Wilfried Tsonga affrontera Bernard Tomic, 46e mondial. Il a battu le jeune Australien lors de leur seule confrontation, à Montréal, en 2011.

"Quand je l'avais affronté au Canada, il n'était pas physiquement formé, il avait beaucoup de lacunes", a souligné Jo-Wilfried Tsonga.

"Aujourd'hui, il sert plus fort, il est en pleine progression et il figurera parmi les tout meilleurs."

Deux autres Français ont connu les joies de la victoire, au premier tour. Finaliste malheureux à Rotterdam, Julien Benneteau, 31e mondial, a assuré l'essentiel (7-6 6-3) face à son jeune compatriote Lucas Pouille, 412e mondial et bénéficiaire d'une wild-card.

"Je savais que ce ne serait pas simple, je me suis entraîné plusieurs fois avec lui. Il a un jeu percutant, sans beaucoup de failles. Je n'avais pas les meilleures sensations du monde mais je ne veux avancer cela comme excuse", a dit Julien Benneteau.

"Demain, ce sera (Jerzy) Janowicz. On sait qu'il sert très bien. Mon coach l'a étudié lundi et il m'a dit 'je n'ai pas grand-chose à te dire'. Ce n'est pas du tennis."

De son côté, Gilles Simon (n°8) a maîtrisé le Néerlandais Robin Haase en deux sets indécis (7-5 7-5).

"J'étais un peu fatigué et un peu nerveux aujourd'hui. Je dois être plus détaché. Mais ça reste positif."

Le Niçois sera opposé à l'Espagnol Roberto Bautista Agut, 57e mondial.

"C'est l'un des rares Espagnols à apprécier le dur mais je sais à quoi m'attendre, je l'ai battu une fois assez tranquillement", a-t-il dit.

Edité par Julien Prétot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant