Tennis: Simon-Tsonga pour une finale 100% française à Metz

le
0

par Eric Salliot

METZ, Moselle (Reuters) - Les Français Jo-Wilfried Tsonga et Gilles Simon, qui ont remporté à eux deux les trois derniers titres au tournoi de tennis de Metz, se sont qualifiés samedi pour la finale.

Tête de série n°1, Jo-Wilfried Tsonga est venu à bout en trois sets (4-6 6-2 6-3) de l'Allemand Florian Mayer, seul non Français à se retrouver dans le dernier carré.

Le Manceau, double tenant du titre en Moselle, a imposé son envie à l'Allemand qui n'a pas pu tenir le rythme après une bonne première manche, peut-être fatigué par son marathon de la veille face à l'Argentin Carlos Berlocq.

Gilles Simon a quant à lui a battu 6-3 7-6 son compatriote Nicolas Mahut, vainqueur cette saison, à 31 ans, des deux premiers tournois de sa carrière à 's-Hertogenbosch et Newport.

Simon, de retour sur le circuit après trois mois gâchés par une coqueluche ayant entraîné des fractures à deux côtes, disputera en Moselle sa 15e finale sur le circuit.

"On va dire que je suis un joueur du dimanche...", a-t-il plaisanté. "C'est vrai que j'ai un bon ratio (10 succès pour 4 défaites dans les finales) mais je reste quand même sur deux finales perdues."

"A Eastbourne, ça avait été cauchemardesque dans des conditions terribles (dues au vent, ndlr). Quant à la finale de Bangkok face à Richard (Gasquet), ça n'avait pas été facile. J'espère que demain, je pourrai y aller à 100%", a-t-il ajouté à l'issue d'un match plein.

Lors de sa demi-finale face à Mahut, Simon n'a pas eu la moindre balle de break à sauver et s'est félicité d'avoir fait "la course en tête", un avantage dans les tournois en salle selon lui.

Revenu de nulle part après une nouvelle saison gâchée par les pépins de santé, Gilles Simon ne s'étonne pas cependant d'avoir si vite retrouvé un bon niveau après une longue absence qu'il a mise à profit pour travailler.

"En général, lors d'une reprise, j'ai besoin de repères. Il n'y a pas de secret. Là, j'ai eu une vraie période d'entraînement d'un mois. Ça explique pourquoi les résultats sont meilleurs en fin de saison, surtout face à ceux qui ont eu la 'chance' de ne pas être blessés mais qui sont morts (de fatigue)."

Le vainqueur de la finale, dimanche, décrochera son onzième titre sur le circuit ATP et rejoindra ainsi Guy Forget, deuxième Français le plus couronné, mais toujours loin derrière Yannick Noah et ses 23 titres.

"Ça veut dire quelque chose mais ça peut vite évoluer car il y a beaucoup de bons joueurs qui se tiennent", a dit Gilles Simon. "Que j'en ai 10 ou 11, ça ne va pas changer ma vie. Gagner un tournoi, c'est juste un sentiment incroyable pour tout joueur de tennis", a-t-il conclu.

Eric Salliot, édité par Chrystel Boulet-Euchin et Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant