Tennis: Rafael Nadal continue sur sa lancée fulgurante

le
0
ROGER FEDERER PERD LE TOURNOI DE ROME FACE À RAFAEL NADAL
ROGER FEDERER PERD LE TOURNOI DE ROME FACE À RAFAEL NADAL

ROME (Reuters) - Le trentième face à face entre Rafael Nadal et Roger Federer a largement tourné à l'avantage de l'Espagnol, qui a remporté dimanche le Masters 1000 sur terre battue de Rome (6-1 6-3), dernier galop d'essai avant Roland-Garros.

Cette victoire lui permet à la fois d'aligner un sixième trophée depuis son retour à la compétition en février et de remonter à la quatrième place mondiale avant le tirage au sort des Internationaux de France.

Battu par Novak Djokovic en finale de Monte-Carlo en avril, le Majorquin a prouvé qu'il n'avait pas perdu - loin de là - tous ses réflexes sur terre battue, malgré ses sept mois de repos forcé à cause d'une blessure tenace au genou.

Il n'y a eu qu'un moment de flottement, lorsque Rafael Nadal a cédé son jeu de service alors qu'il pouvait boucler le match à 6-1 dans la deuxième manche. Mais il a mis fin au semblant de suspense sur sa mise en jeu suivante.

Sa joie n'était pas aussi démonstrative qu'il y a sept ans lorsqu'il avait remporté une finale mémorable au Foro Italico, 7-6 au cinquième set, face au Suisse.

"On ne s'attend jamais à dominer Roger Federer de la sorte", a expliqué Rafael Nadal en conférence de presse. "Laissez-moi savourer ce titre et ce come-back. Je ne pense pas encore à Roland-Garros."

"Je ne sais pas qui sera mon adversaire le plus coriace. Quand j'arriverai à Paris, je penserai à mon premier adversaire, j'ai toujours fonctionné ainsi", a-t-il poursuivi.

"Si vous m'aviez dit il y a cinq mois que je remporterais six titres, je vous aurais répondu que vous êtes fou. Gagner cette année trois Masters 1000 et deux ATP 500 que j'adore (NDLR : Acapulco et Barcelone), c'est plus que je ne pouvais rêver."

"PAS MA JOURNÉE"

"Je ne peux pas m'entraîner autant qu'avant mais ça ne m'empêche pas d'être compétitif."

Battu pour la troisième fois en finale à Rome, Roger Federer était désolé de ne pas avoir offert un spectacle aussi inoubliable qu'en 2006.

"Manifestement, ce n'était pas mon jour mais je suis très heureux de ma semaine ici", a-t-il dit.

"En termes de finition, je n'ai pas pratiqué mon meilleur match. Je pense que la tactique était quand même la bonne. Rafa a joué de manière très agressive dès le début. Il était plus fort, il n'a pas fait beaucoup, de fautes directes, comme d'habitude."

"Il fallait que je saisisse les moindres occasions, ce que je n'ai pas pu faire. Sur terre battue, on sait que le résultat peut être assez sec car il n'y a pas trop de points gratuits", a ajouté le Suisse.

Le numéro trois mondial se projette désormais sur le Grand Chelem de la porte d'Auteuil avec espoir.

"Physiquement, j'ai une meilleure idée de mes axes de travail. J'ai une semaine pour peaufiner", estime-t-il. "C'est beaucoup pour un joueur de tennis."

Ses chances de gagner ?

"C'est chaque année la même chose", selon Roger Federer. "Il faut attendre le tirage au sort. Si je joue bien, j'ai une chance de bien faire. Après gagner le titre... (...) Honnêtement, je ne vois pas aussi loin."

Edité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant