Tennis: Rafael Nadal a fait taire les Cassandre

le
0
RETOUR TRIOMPHAL DE RAFAEL NADAL
RETOUR TRIOMPHAL DE RAFAEL NADAL

par Mark Lamport-Stokes

INDIAN WELLS, Californie (Reuters) - N'en déplaise aux Cassandre qui avaient annoncé une retraite prématurée de Rafael Nadal, l'Espagnol est bel et bien de retour sur les courts, et de façon triomphale.

Son genou gauche - mis au repos durant sept mois - ne le fait vraisemblablement plus souffrir et le roi de la terre battue, 26 ans, vient d'engranger trois titres en quatre tournois disputés depuis son retour début février.

Dernier trophée en date : le Masters 1000 d'Indian Wells, où il s'est imposé dimanche sur une surface en dur, constituant un vrai test pour son articulation, qui est toutefois apparue strappée tout au long du tournoi.

Et s'il a dans la foulée renoncé à défendre ses chances à Miami, autre tournoi majeur qui débute cette semaine, c'est sans doute davantage pour mieux préparer la saison sur terre battue et la perspective d'un huitième titre en neuf participations à Roland-Garros.

"Il est pareil, comme avant. Très solide, très puissant", a résumé l'Argentin Juan Martin Del Potro, battu en finale à Indian Wells par Nadal.

"Il est très fort mentalement, il a beaucoup de talent aussi. Il a battu de très bons joueurs ici. Il va très vite se battre pour la première place (au classement mondial)."

DJOKOVIC S'Y ATTENDAIT

Il y a quelques semaines, Rafael Nadal, estampillé spécialiste de la terre battue malgré ses titres dans les trois autres levées du Grand Chelem, n'était pas sûr de pouvoir jouer sur une surface aussi traumatisante physiquement que celle du tournoi californien.

Finalement, l'Espagnol, passé du cinquième au quatrième rang mondial au classement ATP publié lundi après avoir remporté le 53e titre de sa carrière, a choisi de jouer à Indian Wells où il s'était déjà imposé en 2007 et 2009.

Son genou a tenu bon, son jeu est en place et cela n'a pas surpris grand monde, à commencer par le numéro un mondial Novak Djokovic, victime de Del Potro en demi-finale.

"Je m'y attendais, compte tenu des succès qu'il a connus durant sa carrière sur toutes les surfaces. Il est en train de se rebâtir une confiance. Il se sent bien et il est très motivé. Je suis sûr qu'il va très vite être à son meilleur niveau, il joue un grand tennis", a dit le Serbe.

Roger Federer, dominé par Rafael Nadal en quart de finale, ne disait pas autre chose après sa défaite.

"Il ne serait pas revenu si il n'avait pas été bien", a dit le Suisse, également ancien numéro un mondial. "Il n'allait pas revenir à moitié cassé (...) Je savais qu'il serait là."

Rafael Nadal était logiquement euphorique après son triomphe dans le désert californien où il s'est frotté à quelques-uns des meilleurs mondiaux, Del Potro et Federer donc, mais aussi Tomas Berdych, sixième à l'ATP.

"Ça a été une semaine pleine d'émotions pour moi", a dit l'Espagnol, qui compte 11 titres du Grand Chelem à son palmarès, après sa finale victorieuse face au vainqueur de l'US Open 2009.

"C'est une victoire importante, avec des succès sur les meilleurs joueurs du monde sur une surface qui est bonne pour eux. C'était impossible de faire un meilleur retour, non ?"

DÉTERMINÉ

L'Espagnol, qui a remporté deux titres sur terre battue le mois dernier en Amérique latine pour trois finales de rang disputées pour son retour, était ravi d'avoir gommé de sa mémoire ses déboires passés.

"En matière de compétition, le pire pour moi a été les Jeux olympiques, quand il a fallu prendre la décision de ne pas y aller", a expliqué le Majorquin, qui a renoncé à défendre son titre aux JO de Londres après une défaite au deuxième tour de Wimbledon contre le modeste Tchèque Lukas Rosol.

"Au niveau de ma blessure, les deux derniers mois ont été aussi les pires car j'ai beaucoup travaillé, j'ai essayé différents traitements. Et quand on pense faire tout ce qui est possible et que les résultats ne sont pas très satisfaisants, on doute un peu, non ?

Tout ceci est désormais du passé pour Rafael Nadal qui, après avoir renoncé à défendre ses chances à Miami, reprendra la compétition au Masters 1000 de Monte-Carlo, avant d'enchaîner avec Barcelone, Madrid et Rome, avant Roland-Garros.

"J'arriverai à Monte-Carlo avec la même détermination que d'habitude et je vais essayer de faire tout mon possible pour y arriver en pleine forme, en jouant bien", a promis le champion.

Un avertissement pour ceux qui envisageraient de le déchoir de sa couronne monégasque, une couronne que Rafael Nadal rêve de coiffer en Principauté pour la neuvième fois consécutive.

Chrystel Boulet-Euchin pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant