Tennis: quatre Français en huitièmes de finale à Rome

le
0

par Eric Salliot

ROME (Reuters) - Le bas de tableau du Masters 1000 de Rome est copieusement garni de joueurs français puisque Gilles Simon, Benoît Paire et Jérémy Chardy ont rejoint mercredi Richard Gasquet, qualifié la veille, en huitièmes de finale.

Seul Jo-Wilfried Tsonga, tête de série n°8 et favori de son match face au Polonais Jerzy Janowicz mais en manque d'énergie, a raté la marche.

Opposé au Russe Mikhail Youzhny, un joueur dont il n'apprécie pas le style, Gilles Simon, 17e mondial, a pris le meilleur en deux manches (7-5 6-3) et 1h45.

"Après mon mauvais match de la veille, Jan de Witt (son nouveau coach, ndlr) n'a pas été tendre, il n'était pas content. Aujourd'hui, j'ai très vite senti que j'allais bien jouer", a dit Gilles Simon, qui se mesurera en huitièmes à Roger Federer (n°2).

"Federer joue à un rythme impressionnant. J'ai souvent eu des débuts de match compliqués", a souligné le Français.

"Sur terre battue, il a obtenu des résultats qui tiennent la route. Je l'ai battu deux fois et poussé aux cinq sets en Australie en 2011. A chaque fois, j'étais arrivé en grande forme. Il a des phases extraordinaires. S'il joue 'nuage', bravo."

PAIRE S'EST EXCUSÉ

Benoît Paire, 36e mondial, a remporté le choc fratricide face à Julien Benneteau, 32e mondial, en trois manches haletantes (6-7 6-4 7-6 en 2h34).

Largement en tête dans la troisième manche (4-1 puis 5-3), l'Avignonnais a dû sauver une balle de match dans le douzième jeu avant de s'imposer au tie-break.

"A la fin du match, je me suis excusé auprès de Julien car je me suis beaucoup énervé", a dit Benoît Paire.

"Je trouve que le niveau était bon à part à la fin où ça tremblait un peu. J'ai cru que je n'y arriverais pas. A 5-6, j'avais la tête dans le seau. J'ai sorti deux bonnes amorties et j'ai eu de la chance sur la balle de match. C'est une victoire qui me fait du bien."

En huitièmes de finale, le Français affrontera l'Argentin Juan Martin Del Potro (n°7).

"Il a gagné un Grand Chelem (l'US Open 2009, ndlr), il est très fort. Il a rendu visite au pape aujourd'hui ? Tant mieux pour lui."

En cas de succès, Benoît Paire sera assuré de décrocher un statut de tête de série à Roland-Garros.

Jérémy Chardy, 25e mondial, a étouffé le Japonais Kei Nishikori, n°16 et vainqueur de Roger Federer la semaine dernière à Madrid, en deux manches bien maîtrisées (6-4 6-1).

"Avec Kerei Abacar (son coach, ndlr), on a pris un peu de recul et Patrick Mouratoglou m'a donné d'excellents conseils tactiques. Je suis parvenu à lui faire perdre confiance", a jugé Chardy.

Jeudi, le Palois sera opposé à l'Espagnol Marcel Granollers, qui a profité de l'abandon de l'Ecossais Andy Murray (n°3).

"Je l'ai battu au deuxième tour en Australie. J'aurai le temps de jouer. Il ne faudra pas se presser. Il faudra peut-être écourter les échanges."

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant