Tennis: objectif Grand Chelem pour Kei Nishikori

le
0

par Alastair Himmer

TOKYO (Reuters) - Regonflé par sa victoire à Tokyo dimanche, une première pour un Japonais, Kei Nishikori revoit ses ambitions à la hausse, au point de viser une victoire en Grand Chelem dans les trois prochaines années.

Le joueur de 22 ans a estimé, dans un entretien à Reuters, que le fait d'avoir surmonté la pression écrasante de jouer devant son public lui ouvrait de nouvelles perspectives, y compris celle de s'immiscer dans le top 10 mondial.

"Je pense qu'il est possible de gagner un tournoi du Grand Chelem", a-t-il dit, peu après avoir battu le Canadien Milos Raonic, qui avait lui-même éliminé en demi-finales l'Ecossais Andy Murray, troisième joueur mondial.

"Cette semaine, j'ai sans doute joué le meilleur tennis de ma vie. Mon objectif est désormais d'intégrer le top 10."

Déjà élevé au rang de superstar dans son pays, le Japonais gravit petit à petit les échelons dans la hiérarchie du tennis mondial. Il devait passer lundi au 15e rang au classement ATP, soit deux rangs gagnés par rapport à la semaine dernière.

Il avait fini la saison dernière à la 25e place.

"Gagner un tournoi 500 au Japon a une signification particulière. Jusqu'à présent, je n'avais jamais bien joué au Japon. (...) Il y avait énormément de pression", a-t-il dit, comme pour justifier ses précédents résultats à Tokyo.

PLUS PRÈS DU QUATUOR DE TÊTE

"Je crois que je manquais de force mentale. C'est incroyable d'avoir réussi à dépasser cette barrière en jouant mon meilleur tennis. Je n'arrive toujours pas à y croire."

Le titre empoché à Tokyo est le deuxième dans la carrière de Kei Nishikori. Le précédent, remporté à Delray Beach aux Etats-Unis, était vieux de quatre ans. A l'époque, il n'avait que 18 ans et pointait au 244e rang mondial.

"L'objectif de cette année était de gagner un titre sur le circuit (...). Dorénavant, J'essaierai de gagner un Masters 1.000. J'ai atteint les demi-finales l'année dernière à Shanghai", a-t-il dit.

La victoire est d'autant plus savoureuse pour Kei Nishikori qu'il avait bien cru, en 2009, que sa carrière allait s'arrêter prématurément, la faute à une blessure qui a sérieusement écourté sa saison.

Depuis, il a accroché à son tableau de chasse des joueurs comme Jo-Wilfried Tsonga à l'Open d'Australie en début d'année ou le Tchèque Tomas Berdych cette semaine, mais pas encore l'un des membres du quatuor Federer-Djokovic-Nadal-Murray.

"Le fait de gagner l'Open du Japon m'a donné l'impression que je me rapprochais d'eux."

"Je suis encore assez loin de gagner un titre en Grand Chelem. Au cours des deux ou trois prochaines années, je dois renforcer mes qualités athlétiques pour résister à sept matches en cinq manches", a-t-il estimé.

"D'abord devenir plus puissant, ensuite être plus régulier dans mon jeu. Une fois que j'aurai combiné ces deux choses, alors j'aurai une chance de gagner un tournoi du Grand Chelem."

Simon Carraud pour le service français, édité par Julien Prétot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant