Tennis: Mladenovic illumine l'Open GDF, Bartoli sombre

le
0

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - La Française Kristina Mladenovic a signé vendredi la meilleure performance de sa carrière en battant en quart de finale de l'Open GDF Suez la numéro huit mondiale, Petra Kvitova, éclipsant de fait l'élimination surprise de Marion Bartoli.

La jeune joueuse de 19 ans, 87e à la WTA, ne s'était jamais imposée jusque-là face à une joueuse du Top 10 mondial et c'est avec beaucoup d'autorité qu'elle a rayé du tableau parisien la Tchèque, lauréate en 2011, 6-3 6-4.

Pour une place en finale, la protégée de Thierry Ascione défiera samedi l'Allemande Mona Barthel, qui a fait perdre ses nerfs à Marion Bartoli, éliminée 7-6 6-4 un peu plus tôt dans la soirée.

L'autre demi-finale opposera la tête de série numéro un, Sara Errani, à la Néerlandaise Kiki Bertens.

"Je ressens beaucoup de joie, beaucoup de bonheur, une énorme satisfaction. Quels mots employer ?", s'est félicitée Kristina Mladenovic juste après sa victoire scellée en 1h20 de jeu.

"Je pense que j'ai joué ce match à la perfection. Une fois de plus j'ai passé un très bon moment sur ce court où je commence à avoir des repères maintenant", a-t-elle ajouté tout sourire.

Dominatrice dans le jeu, Kristina Mladenovic a donné le tempo dès l'entame de match en breakant d'entrée son adversaire pour mener 3-0 puis 5-3 et finalement boucler la manche 6-3.

Répondant à la puissance de la Tchèque, la Française a été plus accrochée dans le deuxième set mais son mental de fer et sa détermination à ne jamais mettre Petra Kvitova en confiance ont payé avec un 6-4 à la clé dans le deuxième set.

Si Marion Bartoli avait tenu son rang face à la 45e joueuse mondiale, le public de Coubertin aurait eu droit à une demi-finale 100% française. Mais l'Auvergnate a craqué.

Au terme d'une première manche serrée, la numéro un française s'est d'abord détachée à 6-2 dans le jeu décisif avant d'enchaîner deux doubles fautes et de finalement gâcher ses quatre balles de set.

Breakée d'entrée dans la seconde manche, Marion Bartoli n'a par la suite jamais réussi à refaire son retard malgré des jeux de service frisant la perfection, souvent "blancs".

Finaliste du tournoi l'an dernier, la Française a fini par s'incliner sur la quatrième balle de match de Mona Barthel, sur un ace.

"Elle a fait un très gros match, il y avait énormément d'intensité. J'avais déjà perdu contre elle sur terre battue très facilement car c'est une joueuse qui a une frappe de balle à plat et qui va très vite", a-t-elle résumé en conférence de presse, le visage fermé.

"J'ai fait ces deux doubles fautes qui m'ont marquée sur le plan mental. (...) Elle est grande et c'est vrai qu'elle a un geste assez rapide. Je ne suis jamais vraiment arrivée à la mettre en danger sur ce coup-là."

"UNE SEMAINE INCROYABLE POUR MOI"

"D'habitude, le retour de service est une de mes armes mais aujourd'hui, je n'y suis pas arrivée", a analysée Marion Bartoli.

Un peu plus tôt dans la journée, une autre tête de série a souffert mais a finalement triomphé face à une joueuse moins bien classée.

Il s'agissait de l'Italienne Sara Errani, septième joueuse mondiale, poussée dans ses retranchements par Carla Suarez Navarro avec qui elle a échangé pendant un peu plus de trois heures.

L'Italienne a dû sauver une balle de match dans la troisième manche avant de finalement s'imposer 7-5 4-6 7-5 face à l'Espagnole qui l'avait battue le mois dernier au premier tour de l'Open d'Australie.

"J'étais un peu nerveuse à certains moments. C'était très difficile. Déjà à Melbourne cela avait été très dur", a déclaré la finaliste malheureuse de Roland-Garros 2012 en conférence de presse.

"Cela s'est joué à pas grand-chose, peut-être qu'aujourd'hui la chance était de mon côté. C'est pour ça qu'on ne peut pas vraiment parler de revanche", a-t-elle ajouté.

En demi-finale, Sara Errani rencontrera samedi la jeune Néerlandaise Kiki Bertens, qui a soigné un peu plus tôt dans la journée sa réputation de coupeuse de têtes de joueuses du Top 20 en écartant avec autorité la Tchèque Lucie Safarova, 6-1 7-5.

"C'est une semaine incroyable pour moi", a raconté la joueuse de 21 ans, éliminée au dernier tour des qualifications mais finalement repêchée en raison du forfait de dernière minute de Lucie Hradecka.

"Je suis ravie de cette réputation et j'espère qu'elle va durer même si je ne vous cache pas que j'ai très mal au dos", a ajouté Kiki Bertens, sourire aux lèvres.

Edité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant