Tennis: Marion Bartoli, malade, éliminée d'entrée à Rome

le
0

ROME (Reuters) - Marion Bartoli, souffrant d'une laryngite, a été balayée 6-3 6-1 par Julia Görges, 29e mondiale, dès son entrée en lice mercredi au tournoi de Rome.

Habituellement bagarreuse, la numéro un française, tête de série numéro sept, a subi le jeu de l'Allemande, connue pour avoir remporté le tournoi de Stuttgart l'an passé.

Visiblement mal à l'aise sur le petit court 4, sans énergie, Marion Bartoli a essuyé une rafale de coups gagnants. C'est sa deuxième défaite consécutive au premier tour après son échec il y a dix jours à Madrid face à la Roumaine Sorana Cirstea.

"Cela fait une dizaine de jours que je traîne un virus", a fait savoir Marion Bartoli par téléphone après avoir été exemptée de conférence de presse par la WTA.

"C'est une sorte de laryngite. Sur le court, je me sens très faible. A la fin, j'avais des larmes de frustration. Après Charleston, je me suis soumise à une grosse préparation et c'est décevant que tous ces efforts soient anéantis", a-t-elle ajouté.

A dix jours de Roland-Garros, où elle a atteint la demi-finale l'an dernier, Marion Bartoli veut rester optimiste.

"En terme de résultats, je me retrouve dans la même situation que l'an dernier. J'avais obtenu le déclic au tournoi de Strasbourg. Cette fois, j'espère que ce sera à Bruxelles la semaine prochaine", a-t-elle dit.

La numéro un française est également revenue sur sa probable non-sélection pour les Jeux Olympiques, en s'en prenant une nouvelle fois aux dirigeants de la Fédération française.

"Je suis déçue que la Fédération me manque de respect", a déclaré Marion Bartoli, qui a promis dans une interview de mener une "guerre" contre les dirigeants fédéraux.

"J'ai employé le mot de 'guerre' avec un journaliste américain mais je suis plus blessée qu'en colère. Je m'exprimerai après les Jeux Olympiques mais je ne veux pas perturber les filles qui peuvent encore se qualifier. Je ne comprends pas qu'on ne mesure pas tout ce que cela coûte pour arriver au haut niveau", a-t-elle ajouté.

Eric Salliot, édité par Pascal Liétout et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant