Tennis: Marin Cilic, entre colère et soulagement

le
0
MARIN CILIC, ENTRE COLÈRE ET SOULAGEMENT
MARIN CILIC, ENTRE COLÈRE ET SOULAGEMENT

par Eric Salliot

PARIS (Reuters) - Absent du circuit depuis fin juin en raison d'une affaire de dopage, Marin Cilic, retombé au 47e rang mondial, va retrouver la compétition la semaine prochaine lors du Masters 1000 de Paris, à la fois en colère et soulagé.

Le Croate âgé de 25 ans a retrouvé le sourire après une longue bataille juridique avec la Fédération internationale de tennis (ITF), à la suite d'un contrôle positif le 1er mai au tournoi de Munich.

Initialement suspendu neuf mois, Cilic a vu sa peine réduite de plus de moitié vendredi par le Tribunal arbitral du sport (Tas) et cet ancien membre du top 10 est désormais libre de jouer.

"Je suis soulagé d'un poids immense. Après tout ce stress accumulé, je savoure chaque minute d'être de retour sur le circuit", a déclaré samedi à Reuters Marin Clic. "Etre parmi tous les joueurs, ici, à Paris, constitue mon cadeau de l'année."

Le Croate a cru sa carrière en grand danger.

"Je n'ai pas été assez précautionneux sur l'achat d'une tablette de glucose. Le cauchemar a commencé le 10 juin lorsque j'ai reçu cette lettre de l'ITF, qui m'informait que mes échantillons contenaient de la nikethamide", a-t-il raconté.

"Je pensais que le cas pouvait être réglé en deux semaines mais mes avocats ont reçu de la pression de l'ITF pour que je déclare forfait pour mon deuxième tour à Wimbledon", a-t-il poursuivi.

"Je ne voulais pas compromettre d'autres joueurs. Des discussions ont été entamées pour trouver un accord. On 'm'offrait' neuf mois de suspension puis huit. Ce n'était pas satisfaisant pour moi et j'ai décidé de saisir le Tribunal indépendant antidopage mais les procédures ont été longues et on a dû attendre le 13 septembre."

"COMME UN ANIMAL PRÊT À SORTIR DE SA CAGE"

Trois jours plus tard, le Croate était suspendu pour neuf mois.

"J'ai aussitôt décidé de faire appel devant le Tribunal arbitral du sport (Tas)", explique Marin Cilic.

"Je sais que je n'avais pas essayé de tricher et cela a été prouvé car j'avais arrêté de prendre ces tablettes cinq jours avant. En plus, j'avais perdu dès le premier tour en Allemagne. J'ai reçu un choc quand on s'est rendu compte, des mois après, que le contrôle positif à la nikethamide était incorrect. C'était difficile à admettre."

L'entourage de Marin Cilic certifie que la seule substance détectée dans son échantillon était une métabolite inactive de nikethamide, en l'occurrence la N-ethylnicotinamide, qui n'est pas une substance interdite.

Cette révélation laisse évidemment circonspect Marin Cilic.

"Je suis en colère bien sûr mais je ne chercherai pas à me faire dédommager", précise Marin Cilic. "Lundi, je vais récupérer mes points de ma finale du Queen's et je devrais me retrouver 31 ou 32e à l'ATP. Cela me va pour redémarrer 2014."

Il se réjouit aussi d'être entraîné par Goran Ivanisevic, présent à Bercy. "Là, je me sens comme un animal prêt à sortir de sa cage", sourit-il.

Marin Cilic jouera lundi ou mardi face à un joueur issu des qualifications.

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant