Tennis : Les principales phrases du débat des candidats à la présidence de la FFT

le
0
Tennis : Les principales phrases du débat des candidats à la présidence de la FFT
Tennis : Les principales phrases du débat des candidats à la présidence de la FFT

Retrouvez les morceaux choisis du débat organisé par beIN Sports entre les trois candidats à la présidence de la Fédération française de tennis, dont l'élection aura lieu le 18 février : Alexis Gramblat, Bernard Giudicelli et Jean-Pierre Dartevelle.

Roland-Garros

Alexis Gramblat : « Roland-Garros a besoin de se moderniser, on est tous d’accord dessus. Ces cinq ans de retard et 120 millions de dépassement de budget, c’est un accident industriel à mettre au passif des gens qui ont en charge ce projet. En plus, c’est un projet qui sera obsolète quand il sortira de terre en 2021. Je souhaite qu’il y ait trois courts couverts au lieu d’un. » Bernard Giudicelli : « Ces propositions (d’Alexis Gramblat) sont inconséquentes. Aujourd’hui, il ne faut plus parler de projet, mais de chantier. Le tournoi de Roland-Garros n’a jamais été en danger. Mais Roland-Garros doit rester dans la course pour proposer des installations de qualité. » Jean-Pierre Dartevelle : « Est-il nécessaire d’avoir trois courts couverts ? Nous avons choisi de faire un stade à dimension humaine. Il ne sera pas obsolète en 2021. Le prix des places ? 67 euros de moyenne, oui, mais on ouvre les portes de 10h30 à 21h. Regardez le prix d’un match de foot ou de basket, pour 1h30 de spectacle. Le prix ne va pas baisser, ça c’est sûr. »

L’image de la Fédération française de tennis

BG : « La confusion des genres s’est installée dans notre Fédération entre les élus et les salariés. Par des jeux politiques, on a mélangé les genres. Il faut un leader légitime. Mais le plus important, c’est de gagner des titres, qui vont faire rêver les enfants et augmenter le nombre de licenciés. (…) Quand on est arrivé aux affaires en 2009, la billetterie était une vraie pétaudière. Aujourd’hui, le système est transparent. » AG : « Il faut nommer un contrôleur professionnel chargé de l’éthique. Ça fait 25 ans que Bernard Giudicelli fait partie des instances de la FFT, il ne peut pas parler comme s’il venait de l’extérieur. » JPD : « Le président de la FFT doit être irréprochable, proche de ses élus et de ses salariés. J’assume le bilan de cette FFT, pour les bonnes et les mauvaises choses. Restons calmes, les choses ne sont pas si dramatiques que ça. Il y a 18 mois, notre Fédération était encore citée en exemple. »

La baisse du nombre des licenciés

JPD : « Je veux que Roland-Garros donne encore plus au système fédéral. Je propose également le gel du prix de la licence, qui est de 29€ pour les adultes et 20 pour les enfants. Nous allons aider les clubs à avoir de meilleures installations. Il faut promouvoir nos clubs, notamment au niveau local. » BG : « Les locations à l’heure augmentent, mais ces gens-là ne sont pas répertoriés comme licenciés. Nous voulons dégager 20 millions d’euros chaque année pour équiper les clubs et favoriser leur développement. Il faut simplifier le côté administratif, avec le paiement en ligne notamment. » AG : « Ça fait des mois que je rencontre des présidents de clubs. On en a contacté 2500 pour avoir leur retour et bâtir notre projet. Il faut une nouvelle réaffectation des moyens de la Fédération. Le problème, c’est que chaque année il y a une grosse dotation fédérale aux Ligues, mais l’argent ne redescend pas suffisamment vers les clubs. Il faut passer de 10 à 30% de redistribution aux clubs. »

La baisse du niveau des entraîneurs

AG : « On a descendu à 15/2 le niveau pour être entraîneur, jusqu’où va-t-on aller. A 15/2, on ne possède pas forcément toutes les bases techniques. (…) Respectons nos champions. On eu aune génération exceptionnelle. On n’aura pas tout le temps quatre joueurs capables d’être dans le Top 10.» BG : « Sur les 220 tournois majeurs auxquels notre élite a participé cette année, nous en avons gagné six. Donc le système est en crise. L’élément-clé, c’est qu’un enfant doit être repéré sur ses talents de compétiteur. En accord avec le ministre des Sports, nous allons lancer des contrats d’apprentissage. A partir de 15 ans, l’enfant sera en contrat avec la FFT, et des anciens champions piloteront ce parcours. » JPD : « J’entends qu’on fustige les résultats, mais nous avons 10 hommes et 5 femmes dans le Top 100 régulièrement, 4-5 hommes dans le Top 20, est-ce le signe d’une Fédération en crise ? Nous n’avons pas gagné de Grand Chelem chez les hommes, mais ça tient à quoi ? Il fait mieux entourer les joueurs, leur donner les moyens de franchir ce cap. Il faut plein de qualités exceptionnelles pour gagner un Grand Chelem, et un peu de chance. Notre formation est louée à l’étranger, dommage qu’elle soit critiquée de l’intérieur. »

La Coupe Davis et la Fed Cup

BG : « Mon idée, c’est que les capitaines soient nommés pour une Olympiade, pour ne plus vivre ce qu’on a vécu. » JPD : « On est en train de discuter pour le poste de capitaine de Fed Cup. Yannick Noah a décidé de continuer et ça nous va très bien. » AG : « J’estime que c’est à des gens plus compétents que moi de désigner les capitaines, mais à un comité d’experts. »
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant