Tennis: la place de numéro un mondial importe peu à Nadal

le
0
LA PLACE DE NUMÉRO UN MONDIAL IMPORTE PEU À RAFAEL NADAL
LA PLACE DE NUMÉRO UN MONDIAL IMPORTE PEU À RAFAEL NADAL

par Chrystel Boulet-Euchin

PARIS (Reuters) - Rafael Nadal l'affirme haut et fort : finir l'année à la place de numéro un mondial n'est pas son objectif, l'Espagnol s'attachant plutôt à gagner chaque épreuve qu'il dispute.

Alors qu'il s'apprête à jouer le Masters 1000 de Paris-Bercy, l'un des rares grands tournois qu'il n'a jamais gagné avec Miami et Shanghai et où il n'est plus revenu depuis 2009, Rafael Nadal ne change pas de discours.

"Quel que soit le tournoi que je joue, j'y vais avec la même motivation, que je l'ai gagné deux, cinq ou aucune fois, car chaque tournoi est important pour moi", a-t-il dit lundi à la presse, avant de débuter le tournoi dont il fut finaliste en 2007.

"Parfois les résultats sont positifs, parfois ils ne le sont pas. Je suis très excité d'être à Paris, une ville très spéciale pour moi, probablement la plus spéciale du monde. On va voir ce que ça va donner", a ajouté l'octuple vainqueur de Roland-Garros.

"La place de numéro un ne me préoccupe pas. Mon but n'est pas d'être numéro un mondial mais de finir la saison en bonne santé. Ma philosophie ne change pas, ce qui fait que je suis heureux d'aller sur le court chaque jour."

La santé est le souci majeur de Rafael Nadal qui a été privé de sept mois de compétition de juin 2012 à février 2013 en raison d'un genou douloureux qu'il surveille en permanence.

FEDERER, MÊME COMBAT

Revenu sur le circuit, il a disputé 13 finales en 15 tournois et s'est d'adjugé dix trophées, donc cinq dans la catégorie Masters 1000.

Un retour qui a impressionné le monde du tennis et lui a valu de reprendre au Serbe Novak Djokovic la tête de la hiérarchie internationale.

Il a également remporté cette saison son 13e titre du Grand Chelem à l'US Open et n'est plus qu'à quatre longueurs du record de Roger Federer.

"Je veux essayer de finir bien, ici et à Londres (où se tiendra le Masters de fin de saison, NDLR). Si je suis capable de bien jouer et de terminer numéro un, très bien. Sinon, cela ne changera rien au fait que j'ai sans aucun doute réalisé une des plus belles saisons de ma carrière", a-t-il dit.

"Finir l'année numéro un ou pas, cela ne fera pas de moi un meilleur ou un moins bon joueur à la fin de ma carrière."

Et l'Espagnol n'hésite pas à faire le parallèle avec Roger Federer quand il est interrogé sur le déclin présumé du Suisse, battu dimanche en finale du tournoi de Bâle, sa ville natale.

"Je n'ai aucun doute qu'il jouera mieux qu'il ne l'a fait cette année. Me faire dire s'il peut redevenir numéro un mondial ou quelque chose comme ça... je vous ferais la même réponse que pour moi", a dit Nadal.

"Je pense que ce n'est pas son objectif. Il l'a déjà été durant longtemps. Ce qui vous rend vraiment heureux est d'aller sur le court avec la sensation de pouvoir gagner le tournoi. C'est probablement la seule chose qui lui importe."

Edité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant