Tennis: la lutte des anonymes du circuit

le
0

par Eric Salliot

PARIS (Reuters) - Deux billets restent à attribuer pour les Masters de Londres, le mois prochain, mais une bagarre plus obscure et beaucoup moins médiatique fait déjà rage: celle de l'attribution des dernières places pour l'Open d'Australie.

Le classement ATP du 3 décembre fera office de juge de paix et désignera les 104 entrants directs dans le tableau final. Chaque point arraché d'ici-là peut changer la courbe d'une carrière. Et celle d'un compte en banque pour des joueurs qui fréquentent plus souvent les deux étoiles que les palaces.

L'aspect pécuniaire est d'autant plus sensible que les organisateurs australiens ont annoncé une grosse augmentation du "prize money" global.

Si la grille de répartition n'a pas encore été divulguée, il est acquis que le perdant du premier tour empochera plus que les 20.800 dollars australiens (environ 16.500 euros) alloués en janvier dernier.

Vu le prix d'une tournée aux antipodes pour les seconds couteaux du circuit, on imagine le stress du mois de novembre.

A la lecture du classement, huit joueurs français peuvent mathématiquement espérer décrocher sur le fil leur place pour le premier Grand Chelem de l'année 2013, sans passer par les angoissantes qualifications.

"Avec 550 points, tu es tranquille", explique Nicolas Mahut, contraint de mettre un terme à sa saison sans avoir pu mettre de côté le pécule vital. Mais ses 515 points pourraient suffire, à condition que la concurrence s'essouffle.

TOUTES LES OPTIONS SONT BONNES

L'an passé, en remportant le challenger de Salzbourg, Benoît Paire, aujourd'hui 46e à l'ATP, avait réussi le coup parfait. En un tour de passe-passe, il était passé du 112e au 94e rang mondial, ce qui lui avait singulièrement changé la vie.

Il avait pu bâtir un programme totalement différent et, pendant que se disputaient les qualifications de l'Open d'Australie sur lesquelles il avait finalement fait l'impasse, il avait atteint les demi-finales à Auckland, tournoi du circuit principal.

Toutes les options sont bonnes pour aller quérir les fameux points ATP.

Récent vainqueur des challengers de Mons puis de Rennes, Kenny De Schepper a choisi l'option asiatique avec un tournoi à 100.000 dollars à Séoul. Mardi, il a sauvé deux balles de match pour franchir le premier tour face à un modeste Ukrainien.

La récompense est inestimable: neuf points qui peuvent tout changer. En attendant mieux.

Guillaume Rufin est pour sa part resté fidèle à la terre battue sud-américaine. Après trois challengers, son bilan est remarquable: un titre, dimanche dernier à Cordoba, une finale et une demi-finale. A la Race, il est 94e avec 519 points et peut atteindre son objectif dès cette semaine à Buenos Aires.

A 32 ans, Michaël Llodra est 119e au classement 2012. Père d'un troisième enfant depuis cet été, il a volontairement allégé son programme et il va jouer une grande partie de son avenir au Masters 1000 de Paris-Bercy, où il espère obtenir une invitation.

Si cela ne suffit pas, il a prévu d'aller à Bratislava, où il retrouvera d'autres chercheurs de points.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant