Tennis: Julien Benneteau a vu rouge

le
0

par Chrystel Boulet-Euchin

PARIS (Reuters) - Au delà de la défaite, Julien Benneteau a eu du mal à laisser retomber sa colère, mardi, après qu'un incident d'arbitrage lui a peut-être coûté un point dans le match au couteau qui l'a opposé à Jo-Wilfried Tsonga.

Au cours d'un match tendu entre les deux Français, à cinq partout dans le set décisif sur l'engagement de Tsonga, un service est annoncé faute et, après un "challenge", ralenti permettant de vérifier où la balle est tombée, le point est finalement accordé au numéro un français.

Benneteau a alors soutenu à l'arbitre de chaise que la première annonce l'avait gêné.

"Je vais être honnête, l'annonce ne m'a pas gêné du tout. Mon coup droit, je l'aurais mis dans le filet s'il n'y avait pas eu d'annonce, donc quelque part, il a raison. Ce qui me dérange le plus, c'est qu'ils ne le font jamais, jamais, jamais", a expliqué Julien Benneteau.

"Je ne suis pas persuadé que si c'est un autre joueur que Jo, il lui donne le point (...) Il aurait dû y avoir première balle."

D'où son énervement, qui l'a ensuite aidé à évacuer la tension comme le prouve le jeu blanc réalisé dans la foulée.

Cette explication donnée, Julien Benneteau, 30 ans, est parvenu tant bien que mal à tirer un bilan de sa saison.

"A chaud, c'est dur. Surtout avec les deux dernières défaites au tie-break du troisième. Tous les objectifs ne sont pas remplis. Mais il y en a qui n'étaient pas prévus et qui se sont mis dessus et qui remplacent tout", a-t-il dit, pensant notamment au bronze olympique obtenu aux Jeux de Londres avec Michaël Llodra.

Restera également le coup d'arrêt survenu par une blessure à Monte-Carlo, au printemps, alors qu'il était sur la pente ascendante depuis le début de la saison.

"J'étais à mon meilleur classement. Je jouais un des meilleurs tennis de ma carrière. J'étais en forme et je me blesse. Je vais finir la saison entre 30 et 35", a-t-il regretté.

"La blessure, je ne peux rien y faire, elle est arrivée à ce moment-là. Cela m'a quelque part renforcé. J'ai eu cette force de revenir, de m'accrocher pour Roland-Garros, de faire un super Wimbledon et d'être au jeu comme un dingue et d'arriver à avoir cette médaille."

Il a aussi disputé deux finales cette saison, l'une en début d'année à Sydney et l'autre il y a trois semaines à Kuala Lumpur.

"Cela veut dire que je suis performant toute l'année. J'ai connu des super moments, des moments douloureux. Il y a eu cette rencontre de Coupe Davis où on aurait pu faire mieux, tous autant qu'on est dans l'équipe. On aurait pu aller plus loin dans cette Coupe Davis", a-t-il souligné en évoquant la défaite contre les Etats-Unis en quart de finale.

"J'espère que l'année prochaine, on va réussir à aller plus loin. Maintenant, je joue bien. Il faut que j'arrive à être un peu moins blessé (...). Si j'avais eu l'opportunité de gagner un ou deux matches, j'aurais fini l'année dans les 30 et on aurait dit : c'est une très belle année. Cela se joue à pas grand-chose."

Maintenant, c'est vacances puis retour à l'entraînement pour de nouveau objectifs: "des objectifs élevés, ce qui fait avancer.

"Essayer de gagner un tournoi à titre personnel, même si maintenant, je n'en fais pas une finalité. Surtout, privilégier les tournois du Grand Chelem et la Coupe Davis qui sont des priorités pour nous, pour moi en tout cas, pour l'année prochaine", a-t-il conclu.

Chrystel Boulet-Euchin, édité par Julien Prétot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant