Tennis: Janowicz ne dort pas, ne mange pas mais il gagne

le
0
LE POLONAIS JERZY JANOWICZ S'EST TRANSFORMÉ EN MACHINE À GAGNER À BERCY
LE POLONAIS JERZY JANOWICZ S'EST TRANSFORMÉ EN MACHINE À GAGNER À BERCY

par Chrystel Boulet-Euchin

PARIS (Reuters) - Le Polonais Jerzy Janowicz n'en finit plus de briller à Bercy, où il s'est qualifié vendredi pour les demi-finales, une première pour lui qui n'avait jamais jusque-là intégré le tableau final d'un Masters 1000.

Janowicz, 21 ans et 69e mondial avant le tournoi parisien, enchaîne les exploits à Paris, le dernier en date étant une victoire sur le Serbe Janko Tipsarevic, intervenue au lendemain de celle contre le champion olympique Andy Murray.

Entre ces deux performances, la nuit fut courte.

"J'ai pu dormir, pas de problème. J'ai très bien dormi, deux heures. Je n'ai pas du tout de problème pour dormir", a-t-il dit dans un éclat de rire en conférence de presse.

"Je suis resté sur mon ordinateur quelques heures. J'ai été me coucher à cinq heures du matin. Je n'arrivais pas à dormir mais apparemment, cela ne change rien. Je n'ai pas mangé. Mais je joue le meilleur tennis de ma vie et j'espère que demain, je jouerai encore mieux."

Samedi, Gilles Simon tentera d'enrayer la machine à aces et à amorties qui se présentera devant lui et qui, cette fois, ne devrait pas compter forcément sur le soutien du public.

"Je vais jouer contre un joueur français, mais mentalement je suis solide. Je me rappelle de mon match contre Murray en Grande-Bretagne en Coupe Davis il y a trois ans. Tout le public était contre moi, plus de 5.000 personnes. Et en fait, cela m'était égal, je me concentrais sur mon jeu, alors j'espère pouvoir faire la même chose demain", a-t-il dit.

Le mental, donc, aura son rôle à jouer. Mais d'où vient cette force ?

"Je ne sais pas. Je ne sais pas... À l'école, j'étais toujours le méchant garçon, je me bagarrais avec tout le monde, avec les professeurs. J'étais vraiment un petit garçon très méchant. Ce n'est pas facile d'expliquer pourquoi j'étais comme ça", a-t-il dit.

"UNE SEMAINE INCROYABLE"

Ce n'est plus vraiment l'impression qu'il donne. Il apparaît davantage comme un jeune homme souriant et qui profite de ces moments à Bercy, tout en sachant qu'ils vont changer sa vie.

"Ce n'est vraiment pas facile pour moi de prendre conscience de ce qui passe dans ma vie en ce moment. Être en demi-finale, c'est incroyable pour moi et ma famille qui pleurait après le match d'hier, après celui d'aujourd'hui aussi. C'est une semaine incroyable pour toute ma famille", a dit Janowicz.

"Peut-être que grâce à cette victoire, je vais peut-être pouvoir obtenir un plus gros sponsor. Parce qu'au début de l'année, j'ai eu beaucoup de mal et l'année dernière aussi, je n'avais pas beaucoup d'argent. Je n'ai pas pu aller à l'Open d'Australie parce que je n'avais pas assez d'argent. J'espère qu'après cette semaine, ma vie va changer un petit peu.

"J'espère avoir des sponsors maintenant. Comme cela je n'aurais pas à me préoccuper de l'argent pendant l'année qui vient."

Le méchant gamin de Lodz, où il est né et vit toujours, s'est transformé en lion des courts et espère désormais que ses performances vont rendre son sport encore plus populaire.

"Le tennis est très populaire parce que Agnieszka (Radwanska) est une des meilleures joueuses du monde, elle a été en finale à Wimbledon. Grâce à elle le tennis est devenu très populaire en Pologne", a expliqué le joueur qui fera son entrée dans le Top 40 à l'issue du tournoi.

"Après le match d'hier, mes collègues m'ont dit que j'étais passé sur toutes les télés polonaises sans exception et peut-être qu'à travers moi, le tennis va devenir un sport encore plus populaire."

Edité par Julien Prétot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant