Tennis : Herbert, l'invité surprise à Bercy

le
0
Tennis : Herbert, l'invité surprise à Bercy
Tennis : Herbert, l'invité surprise à Bercy

Pierre-Hugues Herbert, 22 ans et 189e mondial, issu des qualifications, n'était pas le Français le plus attendu ce lundi au Masters 1000 de Paris-Bercy. Pourtant, celui qui n'avait jusqu'alors jamais gagné un match sur le circuit est le seul à être sorti vainqueur de son 1er tour. Il a en effet dominé son compatriote Benoît Paire, 26e mondial, en deux sets (6-2, 6-2).

L'Avignonnais, 24 ans, est apparu diminué et a vite baissé le pied après avoir mené 2 à 0 dans la première manche. Il a finalement été sifflé par le public à sa sortie du court. «Des abrutis qui n'y connaissent rien au tennis», a-t-il lancé. Herbert, lui, a gagné le droit de se mesurer au prochain tour à un certain Novak Djokovic, n°2 mondial.

«Ce n'était pas évident, mais je n'avais rien à perdre, a confié la surprise du jour au micro de Canal+ Sport. L'important c'était d'arriver à gérer d'être ici, devant ce public, c'est quelque chose que je ne connaissais pas. C'est vrai aussi que Benoît n'a pas fait le meilleur match de sa carrière, il était un peu blessé au genou. Djokovic ? Cela va être une superbe expérience et je vais la vivre pleinement.»

Herbert s'est également assuré un chèque de près de 18 000 ? avec cette performance. Une somme pour un athlète habitué aux tournois challengers (la deuxième division du tennis mondial). «Les temps ont été durs, a-t-il d'ailleurs avoué en conférence de presse. Ça fait un bout de temps maintenant que je travaille pour ça, pour avoir des victoires comme ça, pour jouer sur des grands courts. Donc, je tiens vraiment à remercier mon père qui a été là depuis ma naissance, ma mère et toute ma famille. C'est vraiment quelque chose de familial. Je veux avoir une petite pensée pour tous ceux qui, quand je n'étais pas bien, m'ont toujours soutenu. Oui je perdais de l'argent tous les ans. J'étais ric-rac en fin d'année. Il y a quatre ans de ça, si je n'avais pas eu l'aide de certaines ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant