Tennis: Gilles Simon espère rebondir à Monte-Carlo

le
0
GILLES SIMON VEUT REBONDIR AU TOURNOI DE MONTE-CARLO
GILLES SIMON VEUT REBONDIR AU TOURNOI DE MONTE-CARLO

MONTE-CARLO (Reuters) - Une semaine après avoir connu l'une des plus grosses désillusions de sa carrière, le Français Gilles Simon a retrouvé l'atmosphère plus feutrée du Monte-Carlo Country Club, théâtre du premier Masters 1000 sur terre battue de l'année.

Un cadre beaucoup plus cosy et rassurant que le Parque Roca de Buenos Aires où le Français a craqué face à l'Argentin Carlos Berlocq lors du cinquième match décisif du quart de finale de Coupe Davis à l'issue d'un combat électrique (6-4 5-7 6-4 6-4).

Ce match risque de le poursuivre longtemps. Mais Gilles Simon préfère en tirer malgré tout un bénéfice, comme il l'a dit à Reuters.

"Je pense que c'était une expérience à vivre car je n'avais jamais évolué dans une ambiance pareille", explique-t-il. "Comme je le disais à chaud, ça me motive plus qu'autre chose."

Il ignore si le contrecoup sera immédiat.

"On a eu une bonne discussion avec le groupe en guise de débriefing", dit-il. "Je sais que Julien Benneteau a déclaré que tout le monde avait pleuré mais moi, j'ai toujours plus de mal à sortir des larmes..."

"Mais ça a fait du bien d'aller au fond des choses. Ca nous aide à passer à autre chose", ajoute le Français.

Tête de série numéro 11 de ce Masters 1000, Gilles Simon débutera lundi face à l'Espagnol Roberto Bautista-Agut, 59e mondial. Avec une part d'inconnue.

"Il y a effectivement beaucoup de fatigue, un peu comme après un tournoi du Grand Chelem", estime Gilles Simon. "De toute façon, on est des compétiteurs mais on a l'habitude de perdre. Donc on est, à chaque fois, obligé de rebondir."

"Ce premier tour est à ma portée. La dernière fois que j'ai affronté Bautista-Agut, à Marseille, j'ai sorti Del Potro derrière. A moi d'être solide."

"La coupe Davis nous a aidés. Les premiers matches sur terre battue sont toujours violents. On les a déjà joués à Buenos Aires. J'ai envie de me redonner toutes les chances de refaire aussi bien que l'an dernier", dit l'ancien numéro un français.

En 2012, le Français avait atteint le dernier carré après, notamment, un succès en quart de finale contre Jo-Wilfried Tsonga. Il avait ensuite chuté face à Rafael Nadal sans démériter (6-3 6-4).

Eric Salliot, édité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant