Tennis: finale Del Potro-Llodra à l'Open 13 de Marseille

le
0

par Eric Salliot

MARSEILLE (Reuters) - Michaël Llodra tentera dimanche de décrocher le titre de l'Open 13 face à Juan Martin Del Potro, qui a privé le public marseillais d'une finale 100% française en éliminant Jo-Wilfried Tsonga.

Le Parisien, tombeur la veille de la révélation Albano Olivetti, a écarté de sa route la tête de série numéro trois Janko Tipsarevic, 6-4 7-6, au bout d'une heure et quarante minutes de jeu et d'un tie-break remporté 12-10.

De son côté, Juan Martin Del Potro a eu besoin d'un set supplémentaire et d'environ une heure de plus pour se débarrasser de Jo-Wilfried Tsonga 6-4 6-7 6-3.

Malgré cette défaite, le Manceau atteindra lundi le meilleur classement de sa carrière en devenant cinquième mondial puisque l'Espagnol David Ferrer, qui occupe cette place, va perdre les points de sa victoire de l'an dernier à Acapulco.

"Je n'ai pas grand-chose à me reprocher. Il a été plus constant et régulier. Moi, je me suis peut-être précipité", a reconnu le Français en conférence de presse.

Dans ce match de cogneurs, Jo-Wilfried Tsonga a cédé après 2h48 de combat face à l'Argentin que l'on surnomme "la Tour de Tandil", en référence à sa grande taille et à son lieu de naissance.

Grâce à une première balle impeccable, Juan Martin Del Potro a fait souffrir le Français qui, après une première manche en-dedans, a offert une belle résistance dans la deuxième, conclue sur le score de 11-9 au tie-break, après avoir sauvé une balle de match à 8-7.

Mais les efforts fournis dans ce deuxième set pour conserver son jeu de service ont fini par peser sur Jo-Wilfried Tsonga, breaké très tôt et balayé dans la manche décisive 6-3.

"C'est vrai que je lui donne le break au début du troisième sur une volée dans le filet un peu bête... Après, je n'ai jamais été en position de le débreaker. Globalement, il m'a bien attendu", a reconnu le Manceau.

En finale, Juan Martin Del Potro visera son 10e titre sur le circuit ATP mais curieusement, son premier en salle.

"DEL POTRO EST UNE MACHINE"

Dans la deuxième demi-finale, Michaël Llodra, 50e joueur mondial, s'est qualifié pour sa troisième finale à Marseille en dominant Janko Tipsarevic, un joueur du Top 10.

Impérial au service (14 aces), le Tricolore a patiemment attendu le tie-break du deuxième set. Un jeu dangereux car le Serbe s'est procuré six balles de set, dont trois sur sa mise en jeu.

Sur sa première occasion, Llodra a profité d'une erreur en coup droit de son adversaire, bien fébrile, pour s'imposer douze points à dix.

"Au fil de la rencontre, j'avais les jambes qui moulinaient un peu et je me suis concentré sur mon service (NDLR : il a sauvé quatre balles de break). Dans le jeu décisif, je n'ai pas abdiqué. C'était un peu 'Sauve qui peut!'", a expliqué Michaël Llodra après sa victoire.

"Ce sera ma troisième finale ici, il faut croire qu'il faut être Parisien pour bien jouer à Marseille", a-t-il plaisanté.

En 2009, il s'était incliné face à Jo-Wilfried Tsonga, avant de soulever le trophée l'année suivante face à Julien Benneteau.

"Je m'attends à un match difficile face à Juan Martin", a anticipé Michaël Llodra. "Il y a dix jours, à Rotterdam, je n'avais perdu que 6-4 au troisième set. Mais je préfère le jouer ici à Marseille", a-t-il ajouté.

"Aux Pays-Bas, j'avais fait un super match. Je n'avais pas de pression non plus car je revenais de Vancouver. Avec neuf heures de décalage horaire, je n'en menais pas large. Une heure avant le match, j'étais dans le 'coaltar'", a-t-il rappelé.

"C'est une finale. Il a fait forte impression face à Jo. Juan Martin, c'est la force tranquille. C'est une machine. C'est perturbant de jouer des mecs comme cela qui montrent zéro faille", a dit le Français.

Edité par Olivier Guillemain et Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant