Tennis: fin de parcours mais début d'histoire pour Olivetti

le
0

par Eric Salliot

MARSEILLE (Reuters) - La folle aventure d'Albano Olivetti, 388e mondial, s'est arrêtée vendredi à Marseille en quart de finale de l'Open 13, mais l'Alsacien ne gardera que de bons souvenirs de son aventure provençale où il a fait une entrée fracassante dans la cour des grands.

Albano Olivetti, issue des qualifications, a été dominé 7-6 7-5 par Michaël Llodra, 50e mondial.

L'Alsacien, tombeur la veille de l'Américain Mardy Fish, 8e à l'ATP, a connu d'énormes difficultés à retourner le service de son adversaire, n'inscrivant que cinq points au total sur l'engagement de Llodra.

Grâce à son service (13 aces), il a pu atteindre le tie-break de la première manche mais deux doubles-fautes lui ont coûté le set.

Michaël Llodra a attendu le onzième jeu du deuxième set pour enfin ravir la mise en jeu de son adversaire de seulement 20 ans, qui mesure 2,02 mètres.

"J'ai commis quelques erreurs dans ce match, je pense à ces deux doubles-fautes dans le tie-break. C'est sûr que Mika a plus de bouteille que moi. Malgré cette défaite, c'est un très bon tournoi", a dit le jeune joueur.

Albano Olivetti n'a pas tout perdu à l'Open 13. Il a amassé suffisamment de points pour gagner une centaine de places au classement ATP et il s'empare d'un officieux record de France de vitesse au service. Une de ses premières balles a été flashée à 240 km/h.

"On m'a appris cela à la fin et j'avoue que je ne me souviens pas du moment où j'ai servi à cette vitesse. Le record mondial de Karlovic (251 km/h), on y pense. En tout cas, c'est un bon début pour un premier tournoi ATP", a-t-il dit.

Albano Olivetti espère maintenant profiter de ce toboggan marseillais.

"Malheureusement, je suis coupé dans mon élan car cette douleur aux abdominaux (déchirure partielle-NDLR) va m'empêcher d'aller à Cherbourg. Ça va me laisser le temps de digérer tout cela. Je vais repartir sur des Challengers et j'espère que ça va bien se goupiller", a-t-il dit.

Jo-Wilfried Tsonga est de ceux qui miseraient sur ce joueur atypique.

"Quand je l'ai vu débarquer au CNE il y a deux ans, j'avais dit à mon préparateur physique : 'Lui, il ne faut pas le lâcher, c'est du sûr'. Il est grand, il est costaud, il est endurant. Techniquement, c'est assez propre. Ça va être un très bon joueur. Il a les armes pour aller haut. Maintenant, ça demande du travail, de la rigueur", a averti le numéro un français.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Tangi Salaün

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant