Tennis - Fed Cup : Mauresmo arrête pour une bonne raison

le
0
Tennis - Fed Cup : Mauresmo arrête pour une bonne raison
Tennis - Fed Cup : Mauresmo arrête pour une bonne raison

A l’occasion d’une conférence de presse organisée à Roland-Garros, Amélie Mauresmo a confirmé qu’elle quittait son poste de capitaine de l’équipe de France de Fed Cup. La raison tient au fait que l’ancienne numéro 1 mondiale attend un deuxième enfant.

L’information avait fuité dans la matinée de lundi et Amélie Mauresmo a confirmé dans l’après-midi à l’occasion d’une conférence de presse qu’elle quittait ses fonctions de capitaine de l’équipe de France de Fed Cup. Cette décision, annoncée au lendemain d’une finale perdue à Strasbourg face à la République tchèque, peut surprendre mais elle n’est pas liée au résultat de la rencontre de ce week-end. « J’ai parlé aux filles ce matin (lundi) et je leur ai dit que, pour des raisons personnelles, je vais quitter mon poste de capitaine de cette équipe de France car j’attends mon deuxième enfant pour le mois d’avril », a déclaré l’ancienne numéro 1 mondiale à l’occasion de cette conférence de presse.

Impossible de concilier la grossesse et les Bleues

Une révélation qui surprend tout le monde, Amélie Mauresmo ayant gardé le secret jusqu’au bout, ne s’étant même pas confiée aux joueuses avant la rencontre face aux Tchèques. « Elles n’étaient pas au courant car je souhaitais vraiment qu’elles aient une seule chose en tête, cette finale, cet événement qu’elles attendaient avec impatience et surtout pas qu’elles commencent à se projeter sur l’avenir, sur l’année prochaine mais, au contraire, que toute leur énergie soit concentrée là-dessus », assure celle qui est désormais l’ancienne capitaine des Bleues. Une décision uniquement motivée par cette deuxième grossesse et en aucun cas par d’éventuelles dissensions au sein de l’équipe de France. « Je tiens à préciser que ça n’a aucun rapport ni avec le résultat du week-end, ni avec un quelconque souci avec les filles, c’est juste que ça serait impossible, concrètement », a ajouté Amélie Mauresmo, qui doit accoucher au mois d’avril prochain, quelques semaines après le premier tour de la Fed Cup 2017 avec un déplacement en Suisse début février.

Mauresmo : « La décision était prise de fait »

Alors que l’équipe de France a connu une grande déception avec cette défaite en finale à domicile face à la République tchèque, Amélie Mauresmo a convenu que sa décision de continuer, si elle n’était pas enceinte, n’était pas prise et restait incertaine. « C’est une autre aventure qui continue mais, celle-ci, il y a un petit stop. La question de continuer se serait posée si je n’étais pas enceinte, j’aurai eu besoin d’avoir une vraie bonne réunion avec les filles comme ça s’est déjà produit par le passé au moment au moment de repartir dans l’aventure, de voir si chacune gardait cette envie forte, ce rêve d’aller soulever le trophée et de donner le maximum, assure l’ancienne capitaine des Bleues. On n’a pas eu cette discussion puisque, de toute façon, la décision était prise de fait. » La Fédération Française de tennis va, désormais, devoir trouver un nouveau capitaine pour l’équipe de France de Fed Cup... et pourrait avoir à faire de même pour l’équipe de France de Coupe Davis également. Avec S.P., à Roland-Garros
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant