Tennis: Djokovic se fait peur, Ferrer et Federer solides à Bercy

le
0
ROGER FEDERER SOLIDE À BERCY
ROGER FEDERER SOLIDE À BERCY

par Chrystel Boulet-Euchin

PARIS (Reuters) - Tenant du titre, l'Espagnol David Ferrer n'a pas failli jeudi et a poursuivi sa route au Masters 1000 de Paris-Bercy où il a sèchement battu en huitième de finale le Français Gilles Simon.

Vainqueur en 2011, Roger Federer a été tout aussi sévère avec l'Allemand Philippe Kohlschreiber.

En revanche, Novak Djokovic, deuxième joueur mondial et lui aussi ancien vainqueur du tournoi, s'est fait quelques frayeurs avant de battre John Isner.

Le Suisse Stanislas Wawrinka, huitième mondial, a pour sa part fait un pas de plus vers la qualification pour les Masters de Londres, où se retrouveront à partir de lundi les huit meilleurs joueurs de la saison qui s'achève.

Novak Djokovic n'est pas apparu fringant au début du match qui l'opposait au grand Américain John Isner, tête de série n°13, mais a su redresser la barre pour l'emporter 6-7 6-1 6-2.

Armé d'un gros service tombant du haut de ses 206 centimètres, John Isner a pris le premier set, sept points à cinq dans le jeu décisif, avant de subir la révolte du Serbe.

Djokovic s'est envolé dans la deuxième manche avant de conclure rapidement et boucler le match en une heure 50.

"C'est toujours un défi quand on joue contre un joueur qui ne donne pas de points au service", a dit le Serbe. "Il faut saisir la moindre occasion. Au premier set, je n'ai pas réussi, c'était frustrant. Ça m'était déjà arrivé et l'expérience m'a aidé à continuer de croire que je pouvais gagner".

"L'ESSENTIEL EST LÀ"

Futur adversaire de Novak Djokovic, Stanislas Wawrinka avait déjà son billet pour les quarts de finale en poche quand le Serbe l'a emporté. Mais il était contraint d'attendre les résultats du Français Richard Gasquet et du Canadien Milos Raonic pour en réserver un pour l'Eurostar.

"Presque, cela veut dire que ce n'est pas encore bon", a prudemment dit le Suisse en évoquant Londres, après sa victoire 6-3 6-2 sur Nicolas Almagro, tête de série n°12.

"Je suis surtout satisfait de mon match aujourd'hui. Non seulement je joue pour me qualifier pour Londres mais aussi pour faire un bon tournoi. C'est la fin de l'année, c'est Paris (...) L'essentiel est là."

Pour Gilles Simon, l'essentiel est désormais de se refaire une santé, physique après une année perturbée, et mentale, ce qui lui a fait défaut à Bercy.

S'il s'était miraculeusement sorti - au tie-break du troisième set - d'un deuxième tour piégeux face à son compatriote Nicolas Mahut, Simon ne se faisait guère d'illusions sur la suite de son parcours. Ferrer lui a donné raison, l'expédiant en vacances sur le score net de 6-2 6-3.

Le Français avait reconnu mardi que plus que les jambes, c'était la tête qui lui avait posé problème face à Mahut. Là, il a semblé qu'elle l'avait totalement laissé tomber, même si Ferrer n'est pas le premier venu.

A deux partout, l'Espagnol, troisième à l'ATP, a enchaîné cinq jeux de suite pour le gain du premier set et mener dans le deuxième. Un break au sixième jeu de la deuxième manche lui a offert une victoire expéditive, en à peine plus d'une heure et quart.

Face au 23e joueur mondial, Roger Federer n'a pas eu à forcer son talent. Un break dans chaque set du match qui l'opposait à Philipp Kholschreiber lui ont suffit à s'imposer 6-3 6-4 en 63 minutes.

Il retrouvera en quart de finale Juan Martin Del Potro, n°4, qui a battu le Suisse dans sa ville natale dimanche dernier pour remporter le tournoi de Bâle. L'Argentin a écarté le Bulgare Grigor Dimitrov 3-6 6-3 6-4.

Edité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant