Tennis, Coupe Davis : bienvenue chez les Pouille

le , mis à jour à 09:40
0
Tennis, Coupe Davis : bienvenue chez les Pouille
Tennis, Coupe Davis : bienvenue chez les Pouille

« D'ordinaire, jamais un débutant ne fait pas service-volée. Dès la première séance de Lucas, la formatrice d'alors avait été stupéfaite par sa qualité de frappe et son sens du jeu. Lucas est un surdoué. » Mathieu Désiré, l'actuel enseignant du TC Loon-Plage (prononcer « Laune »), n'est donc pas surpris par l'ascension du plus célèbre des membres du club, né à quelques km de là, à Grande-Synthe.

« Quelques semaines après qu'il a eu commencé, je ne le battais plus, témoigne son frère Nicolas, 26 ans, joueur de club (classé 15/3), en dépit de ses cinq ans de plus. Quand il a eu 10 ans, c'était fini pour moi... Mais il n'y a jamais eu de concurrence. L'ambiance est très bonne entre nous (NDLR : la fratrie comprend aussi Jonathan, 20 ans, 15/4, étudiant en management sportif). »

Grâce à Lucas, Nicolas explore le concept de « tourisme tennistique ». « Cette année à New York, j'ai vu ses matchs contre Chiudinelli et Bautista-Agut, rapporte l'employé du méthanier voisin, le grand terminal gazier de Dunkerque en cours d'achèvement. Sans une erreur dans ma réservation retour, je n'aurais pas vu son match contre Nadal... » Un large sourire barre le visage de Nicolas: « C'est plus qu'un kif de suivre Lucas. Pour son premier match à Roland-Garros, à 19 ans, j'avais tellement vibré ! A Wimbledon en juillet, c'était fabuleux de le voir arracher la victoire 10-8 au 5 e set face à Tomic en 8 e. C'est beau, ça fait rêver de voir son petit frère jouer en Grand Chelem. En janvier, j'irai à Melbourne pour la première fois. »

Professeur d'EPS et coach de l'équipe masculine de basket de Loon, Christophe Zoonekynd, 45 ans, a été le premier véritable entraîneur de Lucas, de 7 ans et demi à 12 ans, avant qu'il n'intègre la filière fédérale. Christophe propose pince-sans-rire que le TC Loon-Plage soit rebaptisé « TC Lucas Pouille ». Pas si loufoque, si le 18 e mondial poursuit son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant