Tennis, Bercy : le jeune papa Novak Djokovic veut rester le boss

le
0
Tennis, Bercy : le jeune papa Novak Djokovic veut rester le boss
Tennis, Bercy : le jeune papa Novak Djokovic veut rester le boss

Novak Djokovic n'a pas pouponné bien longtemps. Père depuis peu d'un petit Stefan, le Serbe, n°1 mondial, est tout de même bien décidé à conserver son titre au Masters 1000 de Paris-Bercy. D'autant plus qu'il sait son trône menacé par le Suisse Roger Federer, vainqueur dimanche à Bâle du 82e trophée de sa carrière. Lundi, au POPB, le «Djoker», 27 ans, est revenu sur sa récente paternité au cours de sa conférence de presse d'avant-tournoi. 

«Nous l'attendions depuis 9 mois donc ça n'a pas été une distraction dans ma carrière, a d'abord plaisanté l'homme aux 7 titres du Grand Chelem. Au contraire, j'étais très pressé de vivre cet heureux événement. Heureusement j'étais là (lors de l'accouchement) et cela n'a pas interféré avec mon agenda. C'est la plus belle chose qui m'est arrivée dans la vie.»

«J'espère que cela va être positif pour ma carrière»

«Je vais essayer de voyager avec ma famille le plus possible, a expliqué le jeune papa, venu seul dans la capitale. Pour moi, c'est important de participer à l'éducation de mon fils autant que je peux. Si je le pouvais, je serais avec lui tous les jours ! Dès l'année prochaine, nous essaierons d'être ensemble. Ce n'est pas facile avec la vie de tennisman car il y a beaucoup de voyages, beaucoup d'entraînements, mais nous avons parlé de ça, nous savons ce qui nous attend. Nous nous sommes préparés. Beaucoup d'autres joueurs vivent la même chose et nous avons échangé, je leur ai demandé quelques conseils.»

«J'espère que cela va être positif pour ma carrière. Dans mon approche du tennis, cela ne va rien changer. Je veux continuer à me battre pour être n°1 mondial, pour gagner les tournois dans lesquels je suis engagé. Ma femme le comprend et me soutient. Bien sûr, aujourd'hui nous avons un bébé et c'est un gros changement en termes de priorités. Mais sur la façon d'envisager ma carrière et sur ma passion pour ce sport, cela ne va rien ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant