Tennis: Bercy échappe à la coupe réglée de la bande des quatre

le
0

par Chrystel Boulet-Euchin

PARIS (Reuters) - L'élimination d'Andy Murray, jeudi, en huitième de finale à Bercy, assure d'ores et déjà au dernier tournoi de la saison de devenir le premier Masters 1000 depuis deux ans à connaître un vainqueur qui ne soit pas membre du "Big Four".

Aux forfaits de Rafael Nadal -attendu- et de Roger Federer, s'était ajoutée mercredi la défaite de Novak Djokovic dès le deuxième tour.

Andy Murray est venu compléter -ou plutôt déserter- le tableau, battu par le Polonais Jerzy Janowicz, issu des qualifications, après avoir eu une balle de match.

Un trouble-fête sera donc sacré dimanche comme le fut le Suédois Robin Söderling en 2010, à Bercy déjà.

Le premier qualifié du jour fut Gilles Simon, qui n'a même pas eu besoin de pénétrer sur le court pour valider son billet. Le Français a profité du forfait du Japonais Kei Nishikori, blessé à la cheville, et il rencontrera le Tchèque Tomas Berdych.

Classé 69e mondial, Janowicz s'est imposé face à Andy Murray, 5-7 7-6 6-2 en deux heures 24 d'un match à rebondissements, créant une nouvelle surprise au Palais omnisports.

Murray a pourtant longtemps semblé s'acheminer vers une victoire aisée. Un break au 11e jeu lui a donné la première manche, avant que l'Écossais ne se détache dans la deuxième pour mener 5-4, service à suivre.

Mais le joueur de 21 ans ne s'est pas laissé démonter par l'avantage pris par le vainqueur du dernier US Open. Le Polonais a sauvé une balle de match, a recollé au score et décroché un tie-break où il s'est rapidement détaché jusqu'à mener six point à quatre.

Il s'est ainsi offert deux balles de set, la première lui suffisant pour conclure sur une volée dans le filet de Murray, consécutive à une amortie astucieuse.

Jerzy Janowicz n'est plus descendu de son nuage. Il a pris à deux reprises l'engagement du champion olympique pour mener 4-1, puis 5-2 avant de conclure sur son engagement à sa deuxième balle de match sur un retour de service trop long du Britannique.

PLUSIEURS CANDIDATS AU TITRE

Le jeune joueur s'est écroulé en larmes sur le court et, après avoir serré la main de son malheureux rival, a couru embrasser son entourage avant de tomber sur sa chaise et d'enfouir son visage dans son polo, faisant ainsi durer le plaisir.

Jerzy Janowicz sera opposé en quart de finale au vainqueur du match opposant l'Argentin Juan Monaco, n°9, au Serbe Janko Tipsarevic, n°8.

Difficile désormais de se livrer au petit jeu des pronostics quant au futur vainqueur, d'autant que les candidats sont légion avec notamment l'Espagnol David Ferrer, cinquième mondial, l'Argentin Juan Martin Del Potro, qui reste sur deux succès à Vienne et Bâle, ou encore le numéro un français Jo-Wilfried Tsonga, finaliste l'an passé d'une épreuve qu'il a déjà remportée en 2008.

Gilles Simon pourrait s'inviter au bal des prétendants. Il a vu jeudi la chance lui sourire une deuxième fois dans un tournoi dont il n'avait jusque-là jamais passé les huitièmes de finale.

Blessé à la cheville, Kei Nishikori, tête de série n°15, a préféré renoncer et a donné un nouveau coup de pouce au 20e joueur mondial, qui avait déjà bénéficié du forfait de Federer, qui lui était promis au deuxième tour.

Gilles Simon rencontrera pour une place dans le dernier carré Tomas Berdych, vainqueur de l'épreuve en 2005 et qui ne s'est pas montré sous son meilleur jour jeudi matin.

Opposé au Sud-Africain Kevin Anderson, tombeur au tour précédent de Richard Gasquet, la tête de série n°5 a cédé rapidement le premier set avant de remporter laborieusement les deux suivants (1-6 6-3 6-4).

Simon et Berdych, vainqueur à Montpellier et Stockholm et demi-finaliste à l'US Open cette saison, se sont déjà rencontrés à six reprises et le Français mène par quatre victoires à deux.

Leur dernière confrontation remonte cependant à 2009, année où Gilles Simon était membre du Top 10.

Edité par Julien Prétot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant