Tennis: Benoît Paire reçoit les encouragements de Roger Federer

le
0
BENOÎT PAIRE BATTU MAIS ENCOURAGÉ PAR ROGER FEDERER
BENOÎT PAIRE BATTU MAIS ENCOURAGÉ PAR ROGER FEDERER

par Eric Salliot

ROME (Reuters) - Benoît Paire n'a pas à rougir de sa défaite samedi à Rome face à Roger Federer à l'occasion de sa première demi-finale de Masters 1000 même s'il en garde un goût légèrement amer.

Le Français, 36e mondial, a cédé 7-6 6-4 face au Suisse, ancien numéro un mondial mais peut se targuer d'avoir été salué par le détenteur de 15 tournois du Grand Chelem.

"Contrairement aux deux matches précédents (contre Federer), où j'étais passé à côté, il y a eu match", a déclaré Benoît Paire.

"Mais j'ai commis des fautes dans le tie-break, où je mène 5-4 deux services à suivre. Ce qui fait mal, c'est également le jeu où je sers à 4-3. J'ai ressenti de la tension, c'est évident."

"Est-ce que c'était Roger? Le central? La nuit? Peut-être tout ça. Je suis fatigué. J'ai beaucoup puisé mentalement. En me serrant la main, Roger m'a dit 'continue comme ça'. Ce sont des choses gentilles et ça me touche."

Roger Federer, qui n'avait pas été aussi tendre à Melbourne où il avait balayé Paire, a effectivement été séduit par les progrès du Français au niveau de l'attitude.

"Il est sympa et il me fait un peu penser à moi (plus jeune) car j'avais pas mal de hauts et bas aussi. Il se rend compte que sans s'énerver, c'est aussi bien, voire mieux", a dit le Suisse qui retrouvera Rafael Nadal en finale ce dimanche.

"LIMITE FAVORI" À ROLAND-GARROS

"Effectivement, c'est rigolo de balancer les raquettes. Je me rappelle d'un match ici face à Marat Safin où ils passaient les 'highlights' sur l'écran géant. Je voyais ça et je me disais que je ne voulais pas être connu pour ça! Je voulais l'être pour le fair-play ou la virtuosité", a ajouté Federer.

Benoît Paire, 24 ans et notamment tombeur cette semaine de l'Argentin Juan Martin Del Potro, n°7, est donc simplement en train de se construire une réputation de joueur dangereux pour les membres du Top 10.

Lundi, il est assuré de décrocher le meilleur classement de sa carrière lors de la publication du nouveau classement ATP -à la 26e place mondiale- et un rang de tête de série à Roland-Garros.

"Une demi-finale en Masters 1000, c'est une petite récompense. Je suis très content que mes parents aient pu venir à Rome, ils m'ont toujours soutenu depuis le début", a-t-il souligné.

"Quand j'étais petit, tout le monde disait que jamais je n'arriverais à percer dans le tennis parce que je m'énervais trop. On voit le résultat. Maintenant, je n'aspire qu'à une seule chose: rentrer chez moi à Avignon et faire un barbecue. Mon père le prépare et ma mère fait les pommes de terre. J'en rêve depuis cinq semaines."

Désormais, il va falloir assumer un nouveau statut, celui de tête de série dans un tournoi du Grand Chelem, qui plus est chez lui, en France.

"Je vais me reposer trois jours mais ne veux pas perdre le rythme pace que je veux faire quelque chose de grand à Roland-Garros. La pancarte dans le dos, je la sens. J'ai l'impression que je vais être le Français limite favori!"

Edité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant