Tennis : avant Wawrinka, eux aussi ont "vrillé" à Bercy

le
0
Cédric Pioline, remonté contre le public de Bercy en 1996 après sa défaite contre Ievgeni Kafelnikov.
Cédric Pioline, remonté contre le public de Bercy en 1996 après sa défaite contre Ievgeni Kafelnikov.

La scène a fait le tour du Web ce jeudi. Il est un peu plus de minuit la veille au soir, quand le Central de l'AccorHôtels Arena offre une passe d'armes serrée entre l'Allemand Jan-Lennard Struff et le Suisse Stan Wawrinka. En difficulté face au 91e joueur mondial alors qu'approche la fin du deuxième set, le récent vainqueur de l'US Open s'en prend alors à un spectateur un tantinet bavard au bord du court. « Oh, ça te dérange pas qu'on joue un match ? Non, mais sérieux. Il est minuit, si tu n'as pas envie de voir, tu rentres », lâche Stan the Man à un interlocuteur qui s'avère finalement être? Jean-Vincent Placé, secrétaire d'État chargé de la Simplification et de la Réforme de l'État.

L'échange entre les deux hommes s'est poursuivi ce jeudi, prenant une tournure presque dérisoire. « On conversait avec Jean Gachassin [le président de la Fédération française de tennis, NDLR], mais, franchement, on ne hurlait pas. Franchement, je ne suis pas sûr que cela s'adressait à moi particulièrement », s'est justifié l'ancien sénateur. Des explications que Wawrinka, finalement battu en trois manches (3-6, 7-6, 7-6), n'a que peu goûtées.

D'autant plus que Placé, interrogé ce jeudi sur l'émission co-réalisée par le JDD, le Lab Europe 1 et le Huffington Post, n'a pas hésité à mettre l'agacement du Suisse sur le compte de sa défaite.

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant