Tennis - ATP - Metz : Le tournoi vendu à Taïwan !

le
0
Tennis - ATP - Metz : Le tournoi vendu à Taïwan !
Tennis - ATP - Metz : Le tournoi vendu à Taïwan !

Le Moselle Open n’est plus. Le tournoi ATP 250 de Metz a été vendu à Taïwan. Yvon Gérard, le patron de l’épreuve, le déplore avec beaucoup d’amertume dans les colonnes du Républicain Lorrain, ce dimanche.

Le Moselle Open, c’est fini. Après treize éditions, le tournoi de Metz fait ses valises. L’épreuve a été vendue à Taïwan, plus précisément à Robert Han, « qui est à la tête d’OEC, un consortium industriel en Asie-Pacifique qui brasse des milliards », déplore Yvon Gérard dans le Républicain Lorrain ce dimanche. Le patron de cette compétition qui avait vu le jour en 2003 et a donc connu son ultime édition le mois dernier (victoire de Lucas Pouille), avoue qu’il n’avait pas d’autre alternative que de céder son tournoi à des investisseurs plus riches. « Il n’y avait aucune alternative. On peut rapporter le problème dans tous les sens (…) ce n’est plus tenable. Au niveau du budget, on est déjà au bas de l’échelle. Impossible de lutter. On n’a plus notre place sur le circuit mondial (…) Taïwan montera le prize money à 800 000 €, soit une augmentation de 30 %. Au niveau des garanties, le nouveau propriétaire montera à 1 million alors que nous sommes à 200 ou 300 000 ! Le Moselle Open aurait dû passer son budget de 3 à 4 ou 4,5 millions pour pouvoir garder son standing et ne pas devenir un ATP 250 avec le niveau d’un Challenger… »

« Une très belle histoire, qui restera dans les annales »

Yvon Gérard avoue qu’il vit comme « un crève-cœur » de devoir se séparer de ce Moselle Open qui avait notamment vu Novak Djokovic, Jo-Wilfried Tsonga ou encore Gilles Simon inscrire tour à tour leur nom au palmarès. L’intéressé précise qu’il ne considère pas cette obligation de vendre comme un échec personnel, préférant retenir les belles heures de l’épreuve. « C’était une grande réussite. Une très belle histoire, qui restera dans les mémoires. L’ensemble des personnes y ayant participé peuvent être fières. On a créé une énergie fantastique. »

« On arrête car on va se planter »

Samedi, Gérard a signé la cession. La saison prochaine, le tournoi de Metz prendra donc ses quartiers et ce définitivement à… Taïwan. La mort dans l’âme, le patron du Moselle Open, gardera des regrets éternels, conscient malgré tout qu’il n’avait pas d’autre choix. « Mon rôle de guide était de dire : on arrête car nous allons nous planter. On aurait pris des risques inconsidérés. » Lucas Pouille restera donc à jamais le dernier vainqueur du Tournoi de Metz.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant