Tendance toujours négative à Paris

le
1
DR
DR

(lerevenu.com) - Le CAC 40 cède à nouveau du terrain ce matin, dans le sillage de Wall Street qui a terminé finalement dans le rouge mercredi soir, victime de prises de bénéfices après la  publication des 'Minutes' de la Fed. 

Le compte rendu de la réunion des 29 et 30 octobre de la Réserve Fédérale a en effet montré que la Fed pourrait commencer à ralentir le rythme de ses achats d'actifs au cours des prochains mois. Le DJIA a reculé finalement de 0,42% à 15.901 pts, tandis que le Nasdaq rend 0,26% à 3.921 pts. Le S&P 500 perd de son côté 0,36% à 1.711 pts...
En Asie, Tokyo reprend 1,9% mais toutes les autres places de la région reculent dont Shanghai en repli de 0,2%, Hong Kong (-0,4%) ou Séoul en recul de 1,1%.

ECO ET DEVISES

D'après les "Minutes" de la dernière réunion du FOMC de la Fed des 29 et 30 octobre, l'activité économique américaine a continué à croître à un rythme modéré. L'ensemble des données analysées pour cette réunion, cependant, ont été quelque peu réduites par des retards dans la publication des statistiques liés à la fermeture partielle du gouvernement fédéral au début du mois, précise la Fed. L'emploi privé a encore accéléré en septembre, mais le taux de chômage reste élevé. L'inflation des prix à la consommation continue à être modeste et les mesures d'anticipations d'inflation à plus long terme sont restées stables.

Concernant la politique monétaire de la Fed, les responsables de la Réserve fédérale envisagent de réduire la taille du QE3 en fixant un calendrier ou un montant global de rachat. De nombreux membres ont en effet mis en avant la dépendance aux données du QE3. Les responsables de la Fed ont également débattu de l'opportunité de réduire le montant des rachats d'actifs avant même que le marché de l'emploi ne montre une nette amélioration si les préoccupations concernant les coûts et les risques augmentent. Par ailleurs, certains membres ont souligné que, si les conditions économiques le justifiaient, le Comité pourrait décider de ralentir le rythme d'achats lors de l'une de ses prochaines réunions. Depuis le début de l'année, la Fed achète chaque mois 85 Milliards de dollars de bons du trésor et de titres adossés à des créances hypothécaires (MBS).

Les ventes de détail aux Etats-Unis pour le mois d'octobre ont grimpé de 0,4% en comparaison du mois antérieur, alors que le consensus visait une performance quasiment stable. Les ventes étaient inchangées en septembre. Hors automobile, les ventes de détail d'octobre ont augmenté de 0,2%, contre +0,1% de consensus et +0,3% en septembre... Hors automobile, essence et matériaux de construction, les ventes d'octobre ont progressé de 0,5%, contre 0,3% de consensus.

L'indice des prix américains à la consommation pour le mois d'octobre 2013 est ressorti en recul de 0,1% en comparaison du mois antérieur selon le rapport gouvernemental du jour, contre un consensus stable. Hors alimentaire et énergie, le CPI a augmenté de 0,1%, contre +0,2% de consensus.

Selon le dernier rapport hebdomadaire dévoilé par le Département à l'Energie américain, les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont augmenté de 0,4 million de barils lors de la semaine close au 15 novembre 2013, à 388,5 millions de barils. Le consensus tablait sur une hausse de 0,9 million de barils. Les stocks d'essence ont eux baissé de 0,3 million de barils quand le consensus attendait un repli de 0,3 million de barils. Enfin, les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont reculé de 4,8 millions de barils contre un repli de 0,6 million de barils anticipé par le consensus.

La parité euro / dollar revient à 1,3433 ce matin. Le baril de Brent se négocie 107,70$ et le WTI 93,60$ pour l'échéance de janvier. L'once d'or se traite 1.274$ (-0,06%).

VALEURS EN HAUSSE

* Plastivaloire (+6,75% à 18,36 Euros) : confirme son objectif d'un résultat opérationnel positif sur l'ensemble de l'exercice et présentera ses résultats annuels le 17 décembre. Plastivaloire fera alors le point sur les perspectives 2013/2014. Le groupe a réalisé au quatrième trimestre un chiffre d'affaires en croissance de 9% à périmètre comparable à 96,4 ME. La variation en données consolidées ressort à +7,9%. Ainsi, le chiffre d'affaires annuel limite son recul à 5,2% en données consolidées et 3,8% à périmètre comparable, ressortant à 394,7 ME. L'objectif du groupe était de 390 ME...

* Argan (+0,05% à 14,21 Euros) : le groupe a réalisé par placement privé une émission obligataire inaugurale d'un montant nominal de 49 Millions d'Euros. "Nous nous félicitons d'avoir rencontré lors de ce placement obligataire un tel engouement auprès des investisseurs institutionnels, reconnaissant ainsi la qualité de notre groupe et de son modèle de développement. Cette émission obligataire, non dilutive pour nos actionnaires actuels, est une solution qui permet de contribuer au financement de notre développement des prochaines années, et qui conforte notamment les objectifs fixés à l'horizon 2015, à savoir la constitution d'un patrimoine d'un milliard d'euros générant près de 70 ME de revenus locatifs et un ANR de 17,6 Euros par action", commente Ronan Le Lan, Président du Directoire d'Argan. Dans le détail, le montant nominal de cette émission s'élève à 48,87 ME représenté par 4.887 Obligations d'une valeur nominale unitaire de 10.000 Euros. L'émission des Obligations fera l'objet d'un règlement-livraison unique le 25 novembre. Les obligations seront admises aux négociations sur le marché NYSE Euronext Paris sous le code ISIN FR0011628478, le 26 novembre 2013. Ces Obligations viennent à échéance le 25 novembre 2018 et porteront intérêt à compter de leur date d'émission, à un taux nominal annuel de 5,5%, payable à terme échu le 25 novembre de chaque année.

VALEURS EN BAISSE

* Michelin (-2% à 78,99 Euros) : en berne suite à un abaissement de recommandation de HSBC.

* Peugeot (-2,30% à 9,93 Euros) : L'action Peugeot a été durement secouée mercredi à la Bourse de Paris, chutant de 7% sur fond de rumeurs parfois contradictoires sur ses négociations avec le chinois Dongfeng. Selon l'agence de presse 'Bloomberg', le constructeur automobile chinois, partenaire industriel de longue date de Peugeot en Chine, ne souhaiterait finalement acquérir que 10% du capital du constructeur automobile français, une part bien inférieure aux 20% à 30% évoqués jusqu'ici dans l'entourage des négociations... Ces informations contredisent celles publiées hier dans 'Le Monde', affirmant que le projet d'augmentation de capital de Peugeot porterait sur un montant plus élevé que prévu, de 4 Milliards d'Euros au lieu des 3 MdsE évoqués jusqu'ici... A la suite de l'opération, l'Etat français et Dongfeng détendraient chacun 30% du capital de PSA Peugeot Citroën, ajoutaient les sources citées par le quotidien français... Les sources citées par 'Bloomberg' affirment en revanche que Dongfeng serait davantage intéressé par une extension de sa société commune de production en Chine avec Peugeot que par l'acquisition d'une participation dans le capital du groupe français. S'il n'acquiert que 10% du capital de PSA, Dongfeng ne sera pas en position de peser sur la stratégie du groupe PSA Peugeot Citroën, confronté à de graves difficultés financières sur un marché européen en baisse. Dongfeng pèserait alors à peine plus que l'autre partenaire de Peugeot-Citroën, l'américain General Motors, qui détient 7% du capital de PSA, et peine à développer les synergies et coopérations promises lors de l'annonce de leur alliance... Dans ce scénario d'un actionnariat éclaté, c'est l'Etat français qui serait amené à jouer un rôle plus important dans l'avenir du groupe, tandis que la famille Peugeot, qui détient 25,5% du capital actuellement, continue elle aussi de lutter pour conserver son mot à dire dans Peugeot. A noter que ce matin, Renault et PSA Peugeot Citroën ont annoncé qu'ils allaient mettre fin à leurs coopération vieille de 40 ans sur deux sites de production communs de pièces mécaniques, situés à Douvrin et Ruitz dans le Pas-de-Calais. PSA va racheter la participation de 50% détenue par Renault dans l'usine de moteurs de Douvrin, tandis que Renault rachètera les 20% détenus par PSA dans l'usine de boites de vitesses de Ruitz. Par ailleurs, en début de semaine, des rumeurs ont à nouveau circulé sur un projet de cession par Peugeot de sa participation de 57,2% dans l'équipementier automobile Faurecia. Ces rumeurs ont été démenties fermement par la direction de PSA.

* EADS (-2,22% à 51,02 Euros) : Le groupe européen d'aéronautique et de défense EADS se préparerait à supprimer 20% des postes de sa division 'Défense & Espace', qui emploie environ 40.000 personnes, ce qui menacerait donc environ 8.000 emplois. L'agence de presse allemande DPA, qui fait ces révélations, cite des sources informées, mais ne donne pas d'autres précisions sur le plan... De son côté, un porte-parole du groupe d'aéronautique et de défense européen s'est refusé à tout commentaire, ajoutant que des précisions seraient apportées le 9 décembre prochain, jour où EADS a prévu d'annoncer un plan de restructuration de cette entité.
La division Airbus Défense & Espace a été créée récemment, et en juillet dernier, la direction d'EADS avait laissé entendre qu'elle pourrait subir des suppressions d'emplois dans le cadre d'un plan de restructuration qui serait achevé d'ici à juillet 2014...

* Thales (-0,75% à 44,20 Euros) : lance Eiji, une offre innovante pour des services de télécommunications mobiles "qui garantit aux opérateurs d'importance vitale, aux grands groupes et aux forces de sécurité publique, des communications sécurisées et résilientes pour les missions de sécurité publique et privée". "Eiji est la réponse de Thales au souhait des utilisateurs de retrouver dans leur environnement professionnel les avantages des smartphones et des tablettes tout en assurant la protection des données sensibles et la continuité d'accès aux réseaux", explique le groupe. L'offre Eiji s'appuie sur les réseaux grands publics et intègre deux fondamentaux : la sécurité et la garantie d'accès aux réseaux quelle que soit leur nature (2G/3G/4G, Satcom, Wifi, fixes, etc).

* Steria (-0,30% à 14,45 Euros) : la SSII vient de remporter un contrat pour accompagner l'administration fiscale norvégienne dans l'optimisation de ses processus de distribution de services informatiques, la réduction de ses coûts annexes, l'amélioration de ses performances et la stimulation de l'innovation informatique. Le groupe fournira notamment des services de consulting, de développement de systèmes Java et de gestion des infrastructures. Ce contrat d''une durée de 2 ans (pouvant être prolongé de 2 années supplémentaires), est estimé à 30 millions d'euros. L'administration fiscale norvégienne, en charge de la collecte des impôts des particuliers et des sociétés du pays, a décidé de moderniser l'ensemble de son parc informatique, un projet global de longue haleine qui prévoit notamment d'ici 2018 de moderniser ses systèmes de coordination des renseignements fiscaux et de calcul des impôts basés sur les réglementations fiscales, et d'améliorer son registre national d'état civil.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlemonn4 le jeudi 21 nov 2013 à 11:24

    Les volumes sont impressionnants!!! et c'est avec un tel marché que la bourse soit disant finance à long terme l'économie!