Tendance hésitante à la Bourse de Paris

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - Les 4.300 points sont décidément bien difficiles à dépasser pour le CAC40. L'indice parisien qui gagne 0,35% peu avant 9h30, se hisse à 4.293 points, toujours à la recherche du catalyseur qui lui permettra de s'affranchir de ce seuil symbolique.

Or, il y a peu à attendre à court terme, dans la mesure où la semaine sera marquée par une longue coupure aux Etats-Unis, puisque la fête traditionnelle de Thanksgiving a lieu demain. Le vendredi qui suit est traditionnellement consacré aux courses à l'approche de noël outre-Atlantique. Ca bouge en revanche côté sociétés : on en sait un peu plus sur l'avenir séparé de Vivendi et SFR et le titre du conglomérat en profite ce matin. En revanche, le titre Accor est vendu, alors que le groupe aborde "une nouvelle stratégie de croissance pour une création de valeur durable" que les investisseurs analysent pour le moment avec prudence.

WALL STREET

Wall Street est resté solide hier, en attendant les publications financières du géant technologique HP après la clôture. Les opérateurs ont pris connaissance de bons chiffres du logement outre-Atlantique, ainsi que d'un solide indicateur de la Fed de Richmond. Les deux indices des prix immobiliers de S&P et de la FHFA ont reflété des progressions. Par contre, l'indice de confiance des consommateurs du Conference Board a déçu... Le DJIA terminait totalement stable à 16.073 pts, tandis que le Nasdaqavançait de 0,58% à 4.018 pts. Le S&P 500 s'accordait 0,01% à 1.803 pts. Après la clôture, Hewlett-Packard a dévoilé des résultats et des perspectives qui ont plu au marché.

ECO ET DEVISES

La confiance des ménages français a baissé en novembre, à 84 points contre 85 points en octobre, rapporte l'Insee. Le consensus misait sur une stabilité.

Le PIB britannique du 3ème trimestre 2013 sera publié ce matin, dans sa seconde lecture (10h30 : consensus +0,8% q/q).

Aux Etats-Unis, encore un gros programme avec les inscriptions hebdomadaires au chômage (14h30 : consensus 330.000 demandes nouvelles et 2,85 millions de demandes continues), les commandes de biens durables d'octobre (14h30 : consensus -2%), l'indice d'activité nationale de la Fed de Chicago en novembre (14h30 : consensus 0,10), l'indice PMI de Chicago de novembre (15h45 : consensus 60), l'indice du sentiment des consommateurs de novembre (15h55 : consensus 73,1) et l'indice des indicateurs avancés d'octobre (16h00 : consensus 0%).

La parité euro / dollar atteint 1,3590 ce matin. Le baril de Brent se négocie 110,98$ et le WTI 93,49$ pour l'échéance de janvier. L'once d'or se traite 1.246$ (+0,28%).

VALEURS EN HAUSSE

* Vivendi (+2,55% à 19,07 Euros) : le conseil de surveillance a validé mardi à l'unanimité la pertinence du projet de scission du groupe mis à l'étude le 11 septembre dernier. Au vu des analyses réalisées, ce projet prendrait la forme d'une distribution d'actions de SFR aux actionnaires de Vivendi au jour de l'opération. Cela permettrait donc aux actionnaires d'être investis dans deux véhicules cotés en bourse, bien différenciés et évalués selon les normes propres à leur métier. Ce projet sera soumis aux instances représentatives du personnel concernées et aux autorités réglementaires compétentes. Ses modalités précises seront présentées ultérieurement. L'objectif du groupe est de l'inscrire à l'ordre du jour de la prochaine assemblée générale annuelle, fin juin 2014. Le conseil a confirmé que la présidence de ce futur Vivendi recentré sur les contenus et les médias serait confiée à Vincent Bolloré et a nommé Arnaud de Puyfontaine comme directeur général des activités Médias et Contenus.

* Orange (+0,35% à 9,57 Euros) : comme le laissaient entendre les dernières rumeurs, le dénouement était proche pour Orange en République Dominicaine : l'opérateur a signé le contrat de cession de sa filiale à Altice VII, pour 1,4 milliard de dollars, soit 1,1 milliard d'euros. C'est la société d'investissement luxembourgeoise spécialisée dans les télécommunications qui en a fait cette nuit l'annonce, en précisant que l'opération reste soumise au feu vert de l'autorité de la concurrence locale, et à l'aval du conseil d'administration d'Orange qui doit se réunir le 9 décembre. Altice conservera l'usage de la marque Orange en République Dominicaine dans le cadre d'un contrat. La filiale dominicaine d'Orange, qui emploie 1.400 personnes, a réalisé l'année dernière l'équivalent de 451 millions d'euros de chiffre d'affaires.

* EDF (+0,05% à 27,10 Euros) : le groupe a initié la cession de sa participation dans Veolia Environnement. La cession est réalisée par voie de placement privé portant sur 22.024.918 actions, soit 4,01% du capital et 4,12% des droits de vote. A l'issue du placement, EDF ne détiendra plus d'actions de la société. Le prix de vente a atteint 11,90 euros par titre.

* Essilor International (+0,20% à 75,73 Euros) : le groupe se renforce en Asie via l'acquisition de 50% du capital du chinois Xiamen Yarui Optical Company, numéro un des lunettes solaires de milieu de gamme dans le pays, avec 42 millions d'euros de revenus l'année dernière. La société conçoit, produit et commercialise en Chine des lunettes solaires sans prescription sous différentes marques dont Bolon et Molsion, deux des marques solaires les plus connues dans le pays. La société dispose d'une usine de production à Xiamen, dans le sud-est de la Chine, et dispose d'un vaste réseau de distribution. Le président Hubert Sagnières estime que cette opération "accélère le développement du groupe dans le domaine du solaire". Xiamen Yarui Optical est consolidée dans les comptes du groupe Essilor par intégration globale depuis le 1er novembre 2013. Le montant de la transaction, comme souvent avec Essilor, n'a pas été communiqué.

* Soitec (+6,50% à 1,48 Euro) : le groupe a signé avec la société américaine SunEdison un accord de licences croisées relatif à leurs brevets liés aux substrats de silicium-sur-isolant, le "SOI". Outre un accès mutuel à leurs technologies, l'accord a le mérite de clore tous les litiges entre les deux entreprises. "Cet accord représente une étape clé dans le développement continu d'une chaîne d'approvisionnement solide dans l'écosystème SOI", selon le vice-président de la division Digital Electronics de Soitec, Christophe Maleville.

VALEURS EN BAISSE

* Accor (-4,60% à 32,02 Euros) : en amont de la tenue ce matin d'une conférence investisseurs dédiée à sa stratégie, la société a donné les contours de ses ambitions de moyen terme dans un communiqué titré "une nouvelle stratégie de croissance pour une création de valeur durable". Le nouveau président Sébastien Bazin a décidé de scinder la société en deux divisions, qui partageront certains fonctions administratives : l'une sera centrée sur la gestion des actifs et l'autre sur les services aux propriétaires. A ce stade, Accor n'a pas encore fourni d'objectifs financiers mais a bien identifié ses contours futurs. Le groupe va donc être organisé autour de deux pôles. Le premier, HotelServices, comprendra l'opérateur hôtelier et le franchiseur, avec "un modèle économique centré sur la génération de redevances et sur l'optimisation du compte de résultat". Le second, HotelInvest, sera propriétaire et investisseur hôtelier, avec un modèle économique "visant l'amélioration du rendement des actifs et l'optimisation du bilan". Les 1.400 hôtels d'HotelInvest seront exploités par HotelServices via un contrat de gestion. Les deux pôles seront chacun dotés d'un comité exécutif, et chacun disposera de son propre reporting, avec compte de résultats, tableau de financement et bilan distinct. Les fonctions finance, ressources humaines, juridique et communication resteront au niveau central.

* Solvay (-2,46% à 111 Euros) : le groupe "déploie sa stratégie de création de valeur en s'appuyant sur une chimie répondant aux enjeux du développement durable". En d'autres termes, le chimiste met en avant ses efforts de transformation des derniers trimestres, et estime qu'il est désormais mieux armé pour répondre au contexte économique, avec "un modèle plus durable caractérisé par une plus faible intensité capitalistique" et un rééquilibrage vers les régions les plus dynamiques. Mais c'est aussi l'occasion pour le management d'adopter des objectifs plus raisonnables à moyen terme... ce qui constitue un avertissement. Désormais, Solvay table sur un REBITDA de 2,3 à 2,5 milliards d'euros à l'horizon 2016, ce qui représente une croissance annuelle moyenne supérieure à 10%, pour un niveau de marge de 18%. L'objectif 2016 initial, annoncé en avril 2012, était de 3 milliards d'euros, mais les analystes n'étaient pas aussi ambitieux. Le retour sur capitaux investis (CFROI) est attendu en augmentation de plus de 100 points de base en 2016. La croissance du REBITDA sera principalement le fait des programmes d'excellence qui devraient au total générer 670 millions d'euros de REBITDA supplémentaire en 2016 par rapport à 2013. Au cours des trois prochaines années, Solvay prévoit d'investir de manière sélective 700 à 800 millions d'euros par an, dont plus des deux tiers seront dédiés aux moteurs de croissance que constituent Consumer Chemicals et Advanced Materials.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant