Temps de travail à la SNCF : la grève reconduite mercredi selon SUD et FO

le , mis à jour à 19:08
18
Temps de travail à la SNCF : la grève reconduite mercredi selon SUD et FO
Temps de travail à la SNCF : la grève reconduite mercredi selon SUD et FO

Malgré l'optimisme de la SNCF, la grève est reconduite par les assemblées générales mercredi selon les syndicats SUD et FO. Pourtant, l'entreprise avait annoncé un projet d'accord sur l'organisation du temps de travail qui devait être signé par les syndicats d'ici le 14 juin. Un texte finalisé après 19 heures de négociation entre la direction et les syndicats.

 

La SNCF restait toutefois touchée ce mardi pour le septième jour consécutif par une grève à l'appel de la CGT et de SUD. Toutefois, le taux de participation n'est que de 8,5 %, un chiffre identique à celui de lundi mais qui est le plus faible enregistré par la compagnie ferroviaire depuis début mars.

 

La dernière séance de discussion, débutée lundi à 9h30 à Paris, s'est achevée dans la nuit vers 4h30, selon un syndicat. Le texte finalisé, précise cette source syndicale, devait être envoyé aux quatre organisations syndicales représentatives (CGT, Unsa, SUD, CFDT) dans la journée. Pour être valable, l'accord doit recueillir la signature de syndicats représentant au moins 30% des voix aux dernières élections, et ne pas rencontrer d'opposition de la part d'organisations dépassant 50%.

 

«Cette négociation a réussi, elle a permis de finaliser un projet d'accord qui va être soumis aux syndicats», s'est félicité le président de la SNCF Guillaume Pepy sur Europe 1. «Cela doit permettre une sortie de la grève. On a eu des avancées cette nuit» a-t-il ajouté assurant qu' «on a été au point ultime des avancées possibles, on ne pourrait pas aller plus loin». 

 

«Une grève incompréhensible » pour Valls

«Il n'y a plus aucune raison de faire grève pour un cheminot sur des motifs dus à la SNCF», a encore insisté le patron de la SNCF : «La grève n'a que trop duré, il est grand temps d'en sortir». «La CGT doit apprécier les avancées de cette nuit», a encore expliqué Guillaume Pepy. 

 

La signature des deux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 il y a 6 mois

    JPi - Le gouvernement et les socialistes ont voulu que l'état d'urgence perdure. En toute logique, les casseurs, les saboteurs, les bloqueurs devraient être poursuivis comme terroristes.

  • cyti8 il y a 6 mois

    Les fainéants sont dans la rue. Allez pointer au chômage, ça fera de la place pour ceux qui veulent travailler.

  • frk987 il y a 6 mois

    On vire tout le personnel et on réembauche avec un statut "normal", et pour légitimer l'action on fait un referendum !!!!!! 90% de oui je vous dis !!!!!

  • tropfort il y a 6 mois

    Il nous faut du sang et des larmes contre ces répugnants car ces mouvements créent des chômeurs, des boites qui coulent... et des gens qui se suicident à cause de ça. Qu'on les attaque en justice pour meurtres en série, ou qu'on les attaque tout court. Ces br en leurs courberont vite l'échine.

  • tropfort il y a 6 mois

    Ils se comportent comme au moyen-age. Qu'on soit à leur écoute... les CRS adoreront et moi aussi.

  • M7403983 il y a 6 mois

    Le revenu universel pour qui cmaignan ????? Votre CQFD n'est nullement démontré !!!!!

  • tropfort il y a 6 mois

    Il faut les attraper, les repousser, les dérembourser et les emprisonner. Puur qui se prennent ces m ?

  • M898407 il y a 6 mois

    Le temps est venu d'envoyer l'armée pour "casser" les bloqueurs et rétablir le fonctionnement de cette société bientôt moribonde qui est appelée à disparaître si elle cède encore face à l'ouverture prochaine à la concurrence européenne... Ce n'est pas aux contribuables de financer les "caprices" de quelques syndiqués irresponsables et paresseux !

  • gvigner3 il y a 6 mois

    Moins on fait, moins on veut en faire!!

  • jean.coq il y a 6 mois

    Cambio17 - à ce train là il va falloir rallonger l'année pour qu'ils puissent prendre tous leurs jours de congé.