Temps de travail : 71 % des Français prêts à laisser leur entreprise le fixer

le
8
Un homme et une femme travaillent sur un ordinateur. Photo d'illustration.
Un homme et une femme travaillent sur un ordinateur. Photo d'illustration.

Les Français sont prêts à revenir sur les 35 heures. Un sondage CSA réalisé pour

Les Échos

, Radio Classique et l'Institut Montaigne révèle que près de sept Français sur dix, 71 % exactement, se déclarent favorables à laisser les entreprises "fixer librement le temps de travail, par accord avec leurs salariés". L'institut précise que 37 % des personnes interrogées s'y disent tout à fait favorables et 37 % plutôt favorables.

Selon l'étude, aussi bien les sympathisants de droite que de gauche accepteraient de revenir sur la durée légale du travail. Alors que 83 % des sympathisants de droite sont prêts à laisser leur société fixer leur temps de travail (85 % chez Les Républicains, 77 % au Front national), ils sont 61 % des sympathisants de gauche être favorables à une telle mesure (69 % au Parti socialiste, 53 % chez EELV et 49 % au Front de gauche, notamment).

Si les sympathisants du PS se prononcent pour une remise en cause des 35 heures, le sujet reste tabou chez les politiques de gauche. À la fin du mois d'août, Manuel Valls avait été obligé de recadrer son ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, qui avait suscité un tollé après une remarque sur les "idées fausses" de la gauche lancée à l'université d'été du Medef. Le ministre lui-même avait démenti dans une déclaration transmise à l'AFP vouloir remettre en cause les 35 heures, assurant parler du "rapport au travail".

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4314275 le vendredi 4 sept 2015 à 09:05

    Si on devait définir la race humaine, on peut dire que c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Heureusement il y a des exceptions.

  • noterb1 le vendredi 4 sept 2015 à 08:09

    Bientôt le retour à l'utilisation des " journaliers " . Mon grand père travaillait comme cela ... 48 heures par semaine : quand il y avait du boulot , mais en fait plus de 8 heures par jour quand il voulait manger et que sa famille mange . Le progrès social est en marche . Le travailleur devra négocier le prix de sa journée avant de commencer .

  • M4314275 le vendredi 4 sept 2015 à 07:13

    L'article ne précise pas que les pourcentages indiqués résultent de l'opinion des seuls salariés.

  • b.renie le vendredi 4 sept 2015 à 06:56

    Le bon sens est de laisser les entreprises fixer leurs conditions de travail pour les adapter au mieux à la concurrence qui sévit sur le marché de sa production. Le code du travail doit fixer les conditions butoirs plafond ou plancher suivant le cas . L'ensemble du personnel doit être consulté sur les projets de la direction qui prendra en considération les résultats pour obtenir un bon climat de travail dans l'entreprise. Rien d'absurde ni de choquant dans cette façon de gérer.

  • paspil le vendredi 4 sept 2015 à 03:28

    si on demandait l'avis des personnes concernées ... je suis sur que le resultat ne serait pas le meme ...

  • aerosp le jeudi 3 sept 2015 à 21:52

    enfumage ! les entreprises ne souhaitent pas remettre en cause les 35 h car elles reçoivent chaque année 25 milliards d'euros de compensation

  • scred le jeudi 3 sept 2015 à 20:12

    Au pseudo crcri n'allez pas avalez tous ces articles qui parlent au nom des français. Je n'ose pas croire que 71% des français sont idiot a ce point. que croyez vous que souhaite le medef avec les 35 h... c'est tout simplement que l'on ne déclenche pas en heure sup a partir de la 36eme heures parce que l'on ne me diras pas que les entreprise ne peuvent faire travailler au delà. elle en ont tout a fait le droit ce qui les dérange c'est de les payer plus chère voila tout.

  • crcri87 le jeudi 3 sept 2015 à 19:25

    Conclusion : si Walls n'est pas compris des militants socialistes et si les Français de droite comme de gauche croient aux vertus de la concertation dans les entreprises elle-mêmes :une seule conclusion il faut virer les socialistes de manière durable jusqu'à ce qu'ils reviennent aux réalités. A commencer par le gouvernement.