Tempêtes : «hécatombe» historique d'oiseaux marins sur les plages françaises

le
0
Tempêtes : «hécatombe» historique d'oiseaux marins sur les plages françaises
Tempêtes : «hécatombe» historique d'oiseaux marins sur les plages françaises

Privés de nourriture et épuisés par les tempêtes successives du début de l'année, plus de 21 000 oiseaux marins morts se sont échoués sur les plages du littoral atlantique. Selon la Ligue de protection des oiseaux (LPO) il s'agit d'une «hécatombe» sans précédent depuis au moins un siècle.

Au 24 février, du Pays basque au Finistère sud, on comptabilisait 21 341 oiseaux morts et 2 784 acheminés dans les centres de sauvegarde. Le macareux moine et le guillemot de Troïl sont les espèces les plus touchées et, dans une moindre mesure, le pingouin torda. «De nombreux oiseaux flottants», majoritairement morts, «au large des côtes ont été signalés par les marins-pêcheurs. Autant dire que le bilan, encore provisoire, risque de s'alourdir dans les prochains jours», avertit la LPO dans un communiqué. La LPO a effectué ces comptages durant trois week-ends, en mobilisant plus de 500 bénévoles. La majorité des échouages ont eu lieu début février.

VIDEO. Tempêtes: une hécatombe chez les oiseaux marins (Sud Ouest)

Concentrés à cette période de l'année au centre de l'Atlantique Nord, «ils sont dans une zone balayée par les tempêtes depuis quasiment avant Noël. Du coup, les conditions alimentaires sont particulièrement déplorables», explique Bernard Cadiou, ornithologue spécialiste des oiseaux marins. «Les petits poissons descendent plus bas pour ne pas être touchés, et pour le plancton, un certain nombre d'espèces passives sont broyées, dispersées», détaille-t-il. Les tempêtes se succédant, «les oiseaux ne peuvent plus faire face et meurent d'épuisement», après avoir aussi dépensé beaucoup d'énergie pour «flotter dans des creux de 5 à 15 mètres», ajoute-t-il.

«Depuis 1900 pas de trace d'un échouage aussi massif»

Le nombre d'oiseaux échoués sur les plages du littoral atlantique est historique. La trace du dernier épisode en date a été trouvé dans une vieille revue de zoologie par ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant