Tempête Matthew : fin de vigilance en Martinique

le , mis à jour à 18:18
0
Tempête Matthew : fin de vigilance en Martinique
Tempête Matthew : fin de vigilance en Martinique

La situation s'améliore aux Antilles. L'alerte rouge en vigueur en Martinique en raison de la tempête tropicale Matthew a été levée à l'aube ce jeudi (en milieu de journée en métropole). Et la vigilance orange dans le département a été levée par Météo France dans l'après-midi.

 

Le plus gros de l'activité pluvieuse s'éloigne. Des rafales jusqu'à 80 km/h sur les hauts sommets et jusqu'à 60 km/h en plaine sont encore enregistrées, selon l'organisme météorologique.

 

Cette vidéo, mise en ligne sur le compte Twitter de Météo tropicale, un groupe amateur consacré à la saison cyclonique aux Antilles, témoigne de la violence de la tempête Matthew.

 

#Matthew en #Martinque. #NoComment pic.twitter.com/lDtFut7D15

— Météo Tropicale (@meteo_tropicale) 28 septembre 2016

 

Cette tempête provoque de nombreuses coupures de courant. Le site de la chaîne Martinique 1ere rapporte qu'au moins 55 000 foyers sont privés d'électricité. L'île étant peuplée d'environ 400 000 habitants, cela correspond à un peu plus d'un quart de la population, un foyer étant statistiquement composé en moyenne de plus de deux personnes. Environ 4 000 personnes sont par ailleurs privées d'eau. Le réseau téléphonique connaît lui aussi quelques perturbations.

 

Plusieurs routes sont en outre coupées à cause de chutes d'arbres. Les écoles restent fermées ce jeudi. Des vols régionaux sont annulés, même si, mercredi, avant le passage en alerte rouge, deux gros porteurs ont réussi à se poser. Martinique 1ere fait également état de trois personnes blessées et de 186 interventions de pompiers depuis mercredi matin. Enfin, des bananeraies ont été fortement endommagées par Matthew. Si le plus dur de la tempête est passé, le bilan reste provisoire et il reste déconseillé de circuler. 

 

Par ailleurs, en Guadeloupe, les pluies restent soutenues et le vent peut atteindre 50 km/h sur le littoral en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant