Températures, gaz à effet de serre, montée des eaux : les records qui font peur

le
0
Températures, gaz à effet de serre, montée des eaux : les records qui font peur
Températures, gaz à effet de serre, montée des eaux : les records qui font peur

Des records qui font peur. Les températures, la montée des eaux et les émissions de gaz à effet de serre ont franchi des niveaux jamais atteints l'an dernier, faisant de 2015 la pire année de l'histoire moderne pour une série d'indicateurs clefs, révèle ce mardi un rapport international de référence ,(«State of the climate»). Des données dont les précédents records ne dataient que de l'année précédente, souligne le document de 300 pages auquel ont participé 450 scientifiques du monde entier.

« La plupart des indicateurs du changement climatique ont continué à montrer une tendance au réchauffement de la planète », explique le rapport.  Une évolution qui devrait se confirmer cette année, puisque les six premiers mois de 2016 ont été de loin les plus chauds sur le globe, selon des données récentes des climatologues de la Nasa.

 

Des dizaines de milliers de relevés

Le phénomène météorologique El Niño, particulièrement vigoureux en 2015, a « exacerbé » la tendance au réchauffement l'an dernier, ajoutent les experts. « Sous l'effet combiné d'El Niño et d'une tendance à long terme au réchauffement, la Terre a enregistré des records de chaleur pour la seconde année consécutive ».

Les concentrations de trois des principaux gaz à effet de serre, dioxyde de carbone (CO2), méthane et protoxyde d'azote, ont « atteint de nouveaux sommets en 2015 », indique le rapport, qui s'appuie sur des dizaines de milliers de relevés tirés de nombreuses bases de données indépendantes.

Sécheresse et pluies abondantes

A Hawaï, sur le volcan de Mauna Loa, la concentration de dioxyde de carbone a enregistré, en moyenne annuelle, « la plus forte augmentation depuis le début des relevés il y a 58 ans », ce qui l'a poussé à franchir pour la première fois la barre symbolique des 400 parties par million (ppm), à 400,8 ppm. Sur l'ensemble de la planète, le CO2 a frôlé cette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant