Témoignage : «J'ai peur de Poutine en Ukraine»

le
0
Témoignage : «J'ai peur de Poutine en Ukraine»
Témoignage : «J'ai peur de Poutine en Ukraine»

Bassiste d'un groupe de rock ukrainien, Yura Hustochka est une star à Kiev et vit depuis trois ans en France. «C'est la pire journée. Il y a une centaine de morts, mais Ianoukovich a déjà perdu » estime l'artiste de 38 ans. Jeudi soir, le président a donné son accord pour des élections anticipées en 2014.

En concert place Maïdan en décembre dernier, devant 400 000 personnes, Yura Hustochka communique quotidiennement avec ses amis sur les barricades. «C'est un mouvement populaire qui concentre toutes les générations et les couches sociales. Il y a des ouvriers, des musiciens, des vieux, des jeunes, venus des quatre coins du pays... Très peu de paramilitaires comme veut le faire croire le gouvernement», explique le musicien, avant d'ajouter : «la population manifeste contre la corruption».

«En Ukraine, tous les corps d'état sont corrompus»

«Ianoukovich avait gagné les élections parce que son prédécesseur, Viktor Iouchtchenko, avait fait beaucoup d'erreurs. C'était un vote contre lui, plus que pour Ianoukovich», décrypte Yura Hustochka. Depuis, les Ukrainiens sont excédés par la volte-face du président qui n'a pas signé l'accord avec l'Union européenne, la corruption et les lois répressives instaurées. «Ce chef d'Etat n'est poussé que par son enrichissement personnel. En Ukraine, tous les corps d'état sont corrompus, la police, les juges, les fonctionnaires, les médecins, au profit d'une minorité», témoigne le Parisien d'adoption.

Le pouvoir Ukrainien s'appuie sur les oligarques, ces hommes devenus milliardaires avec la chute de l'Union soviétique, dont certains ont appelé à «l'écrasement des révolutionnaires». Place Maïdan, les plus jeunes évoquent la violence extrême des forces de l'ordre, tandis que les manifestants plus âgés, comme Aleksander Kudesh, enragent contre les « raidertsvo », ces descentes de l'administration fiscale au petit matin, encagoulées, chez des petits ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant