Témoignage ambivalent sur Nicolas Sarkozy dans l'affaire Karachi

le
17
LE TÉMOIGNAGE D'UN HAUT FONCTIONNAIRE IMPLIQUERAIT NICOLAS SARKOZY DANS L'AFFAIRE KARACHI
LE TÉMOIGNAGE D'UN HAUT FONCTIONNAIRE IMPLIQUERAIT NICOLAS SARKOZY DANS L'AFFAIRE KARACHI

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a donné son accord écrit en 1994, comme ministre du Budget, au versement de commissions en marge d'un contrat d'armement en Arabie Saoudite qui est au centre d'une affaire de corruption politique présumée, selon la déposition d'un haut fonctionnaire publiée jeudi par Mediapart.

Cependant, ce même témoin, Patricia Laplaud, a aussi déclaré que Nicolas Sarkozy s'était par ailleurs opposé - en vain - à la signature d'un autre contrat d'armement au Pakistan, à la même époque, qui est également concerné par cette même enquête.

Sollicité par Reuters, le cabinet de l'ancien président a indiqué ne faire aucun commentaire sur des procédures judiciaires.

Nicolas Sarkozy a nié dans les médias depuis plusieurs années toute malversation dans ce dossier.

L'hypothèse des juges est un détournement partiel, à des fins de financement de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995, de commissions légales convenues en marge de la vente de sous-marins au Pakistan (contrat "Agosta", 84 millions d'euros) et de frégates à l'Arabie saoudite (contrat "Mouette", 200 millions d'euros) dans les années 1990.

Un lien est soupçonné entre l'imbroglio sur les paiements de commissions au Pakistan et un attentat à Karachi qui a tué onze Français travaillant sur les sous-marins, en 2002. Nicolas Sarkozy était porte-parole de la campagne Balladur.

Patricia Laplaud, haut fonctionnaire à l'époque au budget, a déclaré à la police le 3 juillet qu'un "balourd" sur le contrat "Mouette", en jargon une surcharge de commissions alors légales versées en marge des gros contrats, avait suscité de sa part une sollicitation du ministre.

OPPOSITION DE SARKOZY À AGOSTA

"En raison du balourd et de l'importance du contrat, il nous fallait un accord écrit de notre ministre (Nicolas Sarkozy - NDLR), que nous avons obtenu. Le contrat Mouette était un contrat important. Une note avait été envoyée au cabinet du ministère afin d'obtenir cet accord", a-t-elle ajouté.

Selon le Monde de samedi dernier, Patricia Laplaud a en revanche expliqué que Nicolas Sarkozy s'était opposé à la signature du contrat pakistanais Agosta.

Le problème était que les sous-marins devaient être construits sur place avec transfert de technologie et Nicolas Sarkozy désapprouvait la vente, a-t-elle dit.

"C'était l'avis également du ministre de l'économie, M.(Edmond) Alphandéry, et du ministre du budget, M. Sarkozy. Par contre, (le ministre de la Défense) M. François Léotard y était favorable. Ce contrat permettait la création d'emplois pour DCNS et était déjà très engagé", a-t-elle dit. Le contrat a été finalement signé et des commissions versées.

Les investigations ont montré que l'argent ainsi versé finalement sur Mouette aussi bien que sur Agosta a bénéficié à un intermédiaire, Ziad Takieddine, mis en examen aujourd'hui plusieurs fois. Des retraits en espèces ensuite en Suisse semblent correspondre. Le lien avec les très importantes sommes en espèces versées aux comptes de la campagne Balladur ne semble pas cependant établi.

Le nom de Nicolas Sarkozy figurait déjà au dossier car il aurait, selon un rapport de la police luxembourgeoise, approuvé la création de structures off-shore au Grand-Duché, supposées avoir servi à des malversations, ce qu'il nie.

Cette procédure se développe alors que l'hypothèse d'un retour de Nicolas Sarkozy au premier plan n'est pas écartée.

Une audition comme témoin est juridiquement possible mais toute mise en cause relèverait de la Cour de justice de la République.

Diverses autres enquêtes sont susceptibles de l'inquiéter, notamment celle visant la fortune de l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt.

Thierry Lévêque, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • v.mart10 le jeudi 6 sept 2012 à 16:18

    Médiapart, toujours très objectif, au service du président tout mou, après avoir fait sa campagne...objectif : allumer un contre-feu pour voiler l'inactivité de ces incapables qui se sont installés aux commandes du pays

  • leonprem le jeudi 6 sept 2012 à 16:02

    oui Baljo, tu as raison, désolé. C'est bien pour cette seule raison que l'enquete doit continuer, cependant ceci est tellement politisé pour en tirer des intérêts, que l'on se demande où est la défense des victimes réellement, alors qu'on les voit tous pourrir cette affaire et la médiatiser bien au delà du seul intéret de ces victimes ! Ils font de la chasse au Sarko et non pas de la recherche de la vérité.

  • testatio le jeudi 6 sept 2012 à 16:00

    Les rétrocommissions ne sont pas prouvée pour le moment. Et en parlant de mort, j'aurai plutôt préférer entendre Villepin/chirac et leur explications pour l'arrêt de versement de commissions qui étaient légales à l'époque. Là, la moralité yaura à redire !

  • M1536910 le jeudi 6 sept 2012 à 13:26

    et c'est légal d'alimenter les campagnes?N.B:les rétrocommissions sont interdites.Et je ne parle pas de moralité les familles des victimes vous en diront plus.

  • M8303372 le jeudi 6 sept 2012 à 12:51

    C'est sur maintenant que les gens se rendent compte de l'énormité d'avoir voté pour l'autre tâche, les socialos font ce qu'ils peuvent pour salir sarko afin de ne pas perdre la face mais c'est trop tard !!!!!

  • paumont1 le jeudi 6 sept 2012 à 12:16

    intoxication? voire!!!

  • M8637171 le jeudi 6 sept 2012 à 12:07

    Le versement de commissions est tout a fait légal. Il est d'ailleurs normal le ministre du budget intervienne. Par ontre les rétro commissions ne sont bien évidemment pas légales. Pour l'instant on ne parle pas de rétro commissions.

  • M3101717 le jeudi 6 sept 2012 à 12:00

    Droit dans ses bottes Sarkozy ;o))))))

  • M3435004 le jeudi 6 sept 2012 à 11:47

    M3101717 / Vous accusez sans preuves. Vous vous faites la caisse de résonnance de rumeurs et de ragots partisans et diffamants colportés par une officine d'intoxication médiatique gauchiste. Quant à Berlusconi, je vous invite à vous informer sérieusement. Vous verrez, ce n'est pas du tout ce qui se colporte.

  • contava4 le jeudi 6 sept 2012 à 11:45

    si c'est légales c'est légale......r.a.s..pas de détournement pour lui..cqfd.