Télétravail : la tendance se développe en France

le
0

Le télétravail est un mode de travail qui permet de réaliser des tâches pour un employeur ou un client sans se rendre dans ses locaux, grâce aux moyens de communication modernes. Le télétravailleur peut donc être un salarié ou un indépendant, et travailler de chez lui, depuis un espace partagé ou de manière nomade.

Travailler partout grâce à la technologie
Travailler partout grâce à la technologie

Le télétravail des salariés

En 2012, une enquête intitulée « Le Tour de France du télétravail » a révélé que 17% des Français pratiquaient le télétravail au moins un jour par semaine. Selon l’étude Randstad Awards de 2016, deux tiers des salariés y sont favorables. Les employeurs, auparavant frileux, reconnaissent maintenant les avantages de la pratique. 48% des entreprises du CAC 40 se sont engagées à y avoir recours. Les salariés pouvant opter pour le télétravail passent moins de temps dans les transports, y consacrent moins d’argent, et engendrent moins de pollution. Ils peuvent dédier ce temps à leurs proches, aux activités personnelles ou au repos, et profiter d’un environnement plus calme que l’open space pour travailler. Ils sont plus reposés et plus productifs. L’employeur peut partager les espaces de travail entre plusieurs salariés, réduisant ainsi ses investissements, et recruter des profils spécifiques comme des personnes à mobilité réduite.

Le télétravail des indépendants

L’influence conjointe du développement des activités numériques et du statut d’auto-entrepreneur a fortement favorisé le développement du télétravail en France. Le statut recouvre une large palette de métiers. Dans le domaine du tertiaire et des nouvelles technologies, on trouve surtout des infographistes, des programmeurs et des rédacteurs, mais aussi des assistants personnels, des consultants, des comptables, des professeurs de langue. Ces cyberworkers freelance peuvent travailler au rythme qui leur convient, dans le respect des délais contractuels, dans l’environnement de leur domicile ou de leur bureau privé, choisir leurs missions, traiter avec des clients éloignés. Leurs clients peuvent répondre à une hausse d’activité sans avoir recours à l’embauche, réduire leurs locaux, bénéficier de leur flexibilité. En juin 2015, on dénombrait 600 000 auto-entrepreneurs actifs en France.

Le développement des espaces de travail partagés

On recense, en France, 570 espaces de travail partagés, dont une majorité à Paris. Divisés en trois catégories, ces espaces ont en commun de proposer un bureau temporaire aux travailleurs indépendants et aux start-up, accompagné ou non d’une connexion Internet, d’un service de restauration, de salles de réunion. On distingue les télécentres, version moderne des cyber-cafés, les centres d’affaires et les espaces de coworking. Dans un espace de coworking, le but est de développer son réseau en rencontrant d’autres indépendants. Les télétravailleurs peuvent louer un espace pour une durée allant d’une heure à plusieurs mois. La pratique des espaces partagés se développe, car elle permet aux propriétaires de bureaux vacants d’en tirer des revenus. Le prix de la location est, en moyenne, de 17 € la journée et de 203 € pour un mois.

Trucs et astuces

Le Code du travail prévoit que les coûts engendrés par le télétravail soient pris en charge par l’employeur (fournitures, outils, logiciels, chauffage et éclairage…). Des plages horaires où l’employeur peut contacter le salarié doivent être fixées. Enfin, la charge de travail doit rester la même que pour les salariés travaillant dans les locaux de l’entreprise.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant