Téléphonie mobile: Paris dans une course effrénée à la 4G

le
0
Téléphonie mobile: Paris dans une course effrénée à la 4G
Téléphonie mobile: Paris dans une course effrénée à la 4G

Paris a beau limiter l'exposition de ses habitants aux ondes grâce à une charte unique en France, elle n'échappe pas à la course effrénée des opérateurs vers la 4G, au grand dam d'associations de riverains et des écologistes. A elle seule, la capitale concentre plus de 13% du réseau 4G français, technologie mobile très haut débit en plein déploiement dans l'Hexagone. Début décembre, l'Agence nationale des fréquences (ANFR) avait autorisé l'installation de 1.866 émetteurs nouvelle génération dans Paris intra-muros, dont 1.154 déjà en service."C'est la course entre les opérateurs. Le développement de la 3G s'était étalé sur plusieurs années. Cette fois, il y a eu un vrai boom avec l'arrivée de la 4G et la concurrence provoquée par Free", raconte Agnès Pezzana de l'Agence d'écologie urbaine, rattachée à la mairie.Son service a vu passer "plus de 1.300" demandes d'implantations ou de conversions d'antennes en 2013. Un casse-tête pour la Ville, qui s'est engagée à favoriser les implantations et à répondre sous quatre mois à toute demande des opérateurs.Nombre d'édiles avalisent les demandes. Mais en cas d'avis défavorable de la mairie d'arrondissement, les dossiers sont renvoyés en Commission de concertation de la téléphonie mobile. Cette "CCTM" réunit opérateurs, associations, mairies centrale et d'arrondissements.Concertation en panne"C'est de la démocratie participative à deux balles : on vous fait croire qu'on prend les avis en compte et on s'assoit dessus", s'offusque Etienne Cendrier, porte-parole de Robin des toits.Cet été, plusieurs associations - Robin des toits, Priartem et Agir pour l'environnement - ont claqué la porte de la commission. Début juillet, elle devait se prononcer sur une centaine de demandes. Temps pour chaque dossier : "environ deux minutes", s'indigne encore Etienne Cendrier."La CCTM ne fait pas vraiment de concertation mais est plutôt ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant