Téléphonie : les particuliers ont économisé 7 milliards grâce à Free

le
0
Téléphonie : les particuliers ont économisé 7 milliards grâce à Free
Téléphonie : les particuliers ont économisé 7 milliards grâce à Free

Alors que le gouvernement serait favorable au retour à une situation avec trois opérateurs mobiles, l'association UFC met les pieds dans le plat. Depuis l'arrivée d'un quatrième acteur, Free, en janvier 2012, la concurrence dans ce secteur a entraîné une baisse des prix spectaculaire avec l'arrivée des forfaits sans engagement à deux euros.

Selon l'étude de l'UFC, ce sont près de près de 7 milliards d'euros de pouvoir d'achat qui ont été libérés en deux ans pour les consommateurs. «Sur cette période, le prix des forfaits a baissé de 30%», relève l'UFC, ajoutant que le paysage a radicalement changé : «Ancienne championne européenne de la cherté avec des prix 25 % plus élevés que dans le reste des pays de l'Europe en 2010, la France est désormais un pays où il fait enfin bon téléphoner. Les prix y sont deux fois moins élevés.»

Les consommateurs, note encore l'UFC, ont pu se libérer de «l'engagement» et du modèle de la «subvention» du terminal mobile, qui occasionne en réalité un surcoût pour l'abonné. «Près d'un abonné sur deux (49,3%) avait une offre sans engagement fin 2013, soit deux fois plus qu'en janvier 2012 et ce modèle devrait devenir majoritaire en 2014», ajoute l'association, précisant que, pour un terminal entrée de gamme, le surcoût se monte en moyenne à près de 50% au bout de 24 mois, et à quelque 25% pour un terminal milieu de gamme.

Pas d'effet négatif sur l'emploi

Dans un autre registre, l'UFC s'inscrit en faux contre l'un des arguments majeurs des partisans d'une concentration dans les télécoms : elle souligne que le secteur a vu ses emplois croître depuis 2010, date de l'attribution d'une quatrième licence, après une baisse tendancielle observée depuis 2000, et note que les finances publiques n'ont pas souffert d'une quatrième licence.

Reste à savoir comment maintenir un haut niveau de concurrence alors que Bouygues apparaît fragilisé depuis l'échec du rachat de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant