Téléphonie: le point sur la concentration en Europe

le
0
Téléphonie: le point sur la concentration en Europe
Téléphonie: le point sur la concentration en Europe

Un mouvement de concentration du marché européen de la téléphonie mobile a démarré en 2012, année de l'arrivée en France d'un quatrième opérateur, Free.AllemagneLa consolidation dans le pays le plus peuplé de l'UE (82 millions d'habitants) est souvent présentée comme le coup d'envoi du mouvement général au niveau européen. A l'automne 2013, o2, filiale allemande de l'opérateur espagnol Telefonica, a lancé une offre publique d'achat (OPA) de plus de 8 milliards d'euros sur son concurrent E-plus, alors détenu par le néerlandais KPN, pour devenir numéro un du marché. L'opération a été approuvée par la Commission européenne en juin 2014 malgré les réticences allemandes. Selon l'Agence allemande des fréquences, le nouvel ensemble, resté sous le nom d'E-plus, représente 38% de part de marché devant Deutsche Telekom (35%), l'opérateur historique, et Vodafone (27%).AutricheC'est en fait le petit pays alpin de 8,5 millions d'habitants qui a ouvert le bal de la concentration. En 2012, l'Autriche passait de quatre à trois opérateurs. Une opération réalisée par le groupe de télécoms hongkongais Hutchison Whampoa, en rachetant la filiale locale d'Orange pour 1,3 milliard d'euros. Parmi les contreparties imposées par la Commission européenne, Hutchison Whampoa avait obligation de céder une partie de ses fréquences à un nouvel entrant, afin de maintenir le marché à quatre opérateurs. Mais l'absence de candidat a entraîné une consolidation, de facto, du marché, et une remontée des prix des abonnements pour les consommateurs autrichiens.DanemarkLe Danemark, avec 5,6 millions d'habitants, compte toujours quatre opérateurs: l'historique TDC, qui domine le marché, les filiales danoises des opérateurs norvégien et finno-suédois Telenor et TeliaSonera et 3, filiale de Hutchison Whampoa. En 2015, Telenor et TeliaSonera, numéro deux et trois du marché, on tenté une fusion, opération qui aurait permis au nouvel ensemble de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant