Téléphonie: le montant de la facture mensuelle poursuit sa baisse

le
0
La facture moyenne mensuelle sur fixe et mobile s'est établie respectivement à 31,50 euros et 16,10 euros. (TARIK KIZILKAYA/Istock.com)
La facture moyenne mensuelle sur fixe et mobile s'est établie respectivement à 31,50 euros et 16,10 euros. (TARIK KIZILKAYA/Istock.com)

(AFP) - Le montant de la facture téléphonique moyenne mensuelle en France a poursuivi sa baisse au premier trimestre 2016, tant sur le fixe que sur le mobile, et atteint un nouveau plancher, a indiqué jeudi l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep).

Sur les trois premiers mois de l'année, la facture moyenne mensuelle sur fixe et mobile s'est établie respectivement à 31,50 euros et 16,10 euros, contre 31,90 euros et 16,30 euros au dernier trimestre de l'année 2015, selon l'observatoire des marchés des communications électroniques, publié par l'Arcep.

Un an plus tôt, le consommateur français déboursait en moyenne mensuellement 32,20 euros pour sa facture de téléphonie fixe et 16,30 euros pour pouvoir utiliser son mobile.

Ces montants, qui confirment la tendance à la baisse depuis 2010, représentent un nouveau record à la baisse pour le secteur de la téléphonie français, parmi les plus compétitifs au monde.

Conséquence, souligne l'Arcep, les revenus des opérateurs, hors revenus annexes, ont baissé de 1,7% sur un an, pour s'établir à 8 milliards d'euros au premier trimestre 2016 contre 8,12 milliards à l'issue de celui de la même période de 2015.

Si l'on ajoute les services annexes (interconnexion entre opérateurs, gestion des centres d'appel, location de terminaux), la baisse n'est cependant plus que de 0,8%, à 8,77 milliards d'euros contre 8,84 milliards un an plus tôt, soit le plus faible recul depuis le début de la tendance baissière en 2011.

Au niveau des usages en revanche, l'observatoire des marchés de l'Arcep confirme la poursuite de la hausse des usages de données mobiles, avec une progression de 74,3% sur un an. Un Français consomme désormais en moyenne 1,5 Gigaoctet (Go) par mois contre 1,3 Go au dernier trimestre 2015.

Principale cause, une démocratisation toujours plus poussée de l'usage de la 4G, pour laquelle le nombre de cartes SIM a presque doublé en un an, pour atteindre 24,5 millions de lignes, contre 13,2 millions un an plus tôt. La 4G concerne désormais 34% des lignes de téléphonie mobile en France.

Orienté à la baisse sur les deux dernières années, le trafic voix remonte également, avec une augmentation de 1,1% sur un an, sous l'effet des usages mobiles, en hausse de 7,8%, qui compensent largement la baisse de 8,9% du trafic voix sur les lignes fixes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant