Téléphonie : le mariage entre Orange et Bouygues Telecom devra attendre

le
0
Téléphonie : le mariage entre Orange et Bouygues Telecom devra attendre
Téléphonie : le mariage entre Orange et Bouygues Telecom devra attendre

Après s'être donné jusqu'à jeudi soir pour rendre leur décision, Orange et Bouygues Telecom ont finalement choisi d'attendre jusqu'à la fin du week-end pour prendre une décision définitive sur un éventuel rachat du second par le premier. A l'issue de conseils d'administration qui se sont tenus mercredi soir, les deux groupes ont acté le fait que «les discussions n'étaient pas suffisamment avancées». Orange a précisé qu'il «réunira son conseil d'administration pour examiner le résultat de ces discussions d'ici le dimanche 3 avril.»

Selon l'édition des Echos de ce jeudi, une nouvelle rencontre entre Stéphane Richard, le PDG d'Orange, et Martin Bouygues devrait avoir lieu aujourd'hui. Si de nombreux points sont en passe d'être réglés, comme la vente des boutiques de Bouygues Telecom à Free, le principal point de blocage reste la valorisation de Bouygues. Le principe de l'opération semble acté. Le groupe Bouygues obtiendrait une participation de 12% dans Orange, plus du cash pour la cession de sa filiale. Problème : Bouygues veut avoir le droit de monter progressivement au capital d'Orange dans les années à venir avec l'achat d'autres actions. Et là, l'État veut imposer une limite, autour de 17 à 18%. Son objectif est de préserver son rôle de premier actionnaire avec actuellement 23% du capital d'Orange. Mais cette limite serait trop basse aux yeux de Bouygues...

«Il reste un peu de travail voire beaucoup de travail. Ce délai ne présage pas, pour l'instant de l'issue des négociations, mais dans tous les cas, elles ne devraient pas aller au-delà», a affirmé à l'AFP un proche des négociations.

Par ailleurs, même si les deux entreprises trouvaient un accord, la publication des bans ne pourrait pas intervenir avant l'approbation de l'Autorité de la concurrence pour voir si ce marché revenu à trois opérateurs peut préserver suffisamment l'intéret des consommateurs.

Chronologie sur le marché des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant